♦ Règlement
♦ FAQ
♦ Guide
♦ Groupes
♦ Localisation Pkmn
♦ Annexes

♦ Multicomptes
♦ Parrainage
♦ Scénarios
♦ Carte Dresseur
♦ Erreurs
♦ Boutique
♦ Dé Starter
♦ Dé Shiny
♦ Dé Sexe
♦ Succès
♦ Validation Captures
♦ Gestion Pkmn
♦ Oeufs
♦ Clôture RP
♦ Concours
♦ Reproduction
♦ Marché

Revenir en haut Aller en bas



 

Partagez | 
 

 Myron, écrivain et poète à ses heures perdues. :3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Myron Stark
avatar
Kicklee Braségali Baudrive Élekable Monorpale Dynavolt
♦ Messages : 812
♦ Age du Personnage : 31
♦ Ville d'origine : Jausiereine
♦ Job : Agent de la Team Rocket
♦ Pokémon rêvé : Kicklee
♦ Type préféré : Combat / Psy / Acier
♦ Avatar : Josh Hartnett

Voir le profil de l'utilisateur http://ichooseyou.forumactif.com/t469-carte-dresseur-de-myron-stark
MessageSujet: Myron, écrivain et poète à ses heures perdues. :3   Sam 3 Juin - 2:35

Hey, coucou, éventuels lecteurs et lectrices qui passeraient par ici ! J'ouvre une petite galerie pour partager quelques textes ( parfois des poèmes, mais plus rarement ). Petites nouvelles, oneshot, de toutes les styles.

Je vais commencer avec un texte que j'avais écris pour un concours d'écriture dont le thème était " Mettez-vous dans la tête d'un meurtrier, ses motivations, ses actes. ". Et j'ai gagné le concours. :3

Petit disclaimer quand même, c'est un texte dur, un peu malsain, donc si vous êtes jeune, ne lisez pas !

Et maintenant, place aux mots !
_______________


J’aime peindre. La beauté des lignes qui se dessinent au gré de mon imagination morbide. La délicatesse des courbes tordues par la douleur et la souffrance. La tendresse d’un corps qui se déchire, en proie à la mort et à la destruction. Mon sourire s’agrandit. Je trace de mes doigts la douceur de ses hurlements d’agonie alors que la toile est encore vivante sous le pinceau de ma folie. Je me mords la lèvre inférieure jusqu’au sang. Je la perce de mes dents acérées et le goût métallique coule sur ma langue. Je m’en délecte, autant que de voir son visage décharné au bord de la fin. J’ai faim de sa décrépitude. J’ai faim de ses cris.

- Vas-y… Crie encore pour moi… Je sais que ce n’est pas facile, mais ton calvaire n’est pas fini. Malheureusement pour toi, je dois terminer cette toile et je tiens à ce qu’elle soit parfaite. Aussi parfaite que ta mort, qui viendra bientôt.

Peindre sa peau, ses dernières secondes d’existence, c’est comme une seconde naissance. Je me sens vivre, tandis qu’elle se sent s’éteindre. J’aime étreindre son désespoir. Elle m’excite. Elle me supplie. Elle hurle. Oui. Je veux qu’elle hurle. Je veux peindre ses derniers instants. Je veux immortaliser sa déchéance. Elle était belle, avant de me rencontrer. Une magnifique jeune femme. Blonde comme les blés, un visage aussi angélique que je suis démoniaque. Un regard d’une candeur innocente. Trop innocente pour ce monde dégénéré. Il fallait que je lui montre. Je savais bien que ses hurlements seraient magnifiques. La première fois qu’elle a crié, quand je lui ai enfoncé ma lame dans l’estomac, j’ai presque joui tant elle était sublime. Le pouvoir, la douleur, la consécration d’une vie à rechercher la plus parfaite des afflictions. Je ne l’ai pas torturé, mais il me fallait l’abattre. Mes toiles se vendent si chères... Il ne faudrait pas que je déçoive tous mes fans. Ceux qui se pressent aux expositions pour contempler mon travail.

S’ils savaient que ma peinture écarlate est faite du sang des jeunes pucelles que je massacre avec plaisir, je ne sais pas si mon oeuvre serait aussi appréciée. Pourtant, les critiques sont unanimes. Mais ma passion pour la mort et l’art va de paire. Je prends autant de plaisir à tuer qu’à voir que ces exécutions enflamment le peuple qui s‘arrachent mes toiles. Je pars d’un grand rire et baisse les yeux vers son corps. Elle remue encore. Elle se tord un peu. Ses cris s’espacent, se délitent. Elle n’en a plus pour longtemps, mais je n’ai plus grand chose à peindre. J’ai déjà immortalisé son cri. Son visage, sur ma toile, est merveilleux. Les larmes me montent aux yeux. Ils brillent. Mon sourire s’agrandit. Je n’ai plus qu’à tracer une ou deux estafilades d’hémoglobine sur le papier. Je me penche et mes doigts parcourent sa peau blanche. Elle n’a qu’une seule plaie. J’ai voulu une lente agonie, pour elle. Pas de massacre, juste une mort lente et douloureuse. J’ai tout testé, dans ma vie. La torture, la boucherie, la douleur subtile induite par un poison délicat. Les lames, les armes à feu, les mains… Chaque hurlement est différent. Chacun est beau, à sa manière. Chacun est jouissif. Mais elle… Elle, ce sera mon chef d’oeuvre.

Mes doigts s’enfoncent lentement dans la plaie béante qui la vide de son sang. Elle a encore la force de hurler. Je ferme les yeux et me délecte. C’est tellement bon… Tellement transcendant… Je secoue la tête. Je pourrai me laisser aller plus tard. Mes paupières s’ouvrent lentement et je la contemple. Son regard est vide. Elle n’a plus la force de lutter. Je me relève rapidement, avant d’esquisser la conclusion de mon oeuvre. Un trait rouge qui scelle mon travail et son destin. Puis je reviens au-dessus de son corps. Elle a quelques derniers spasmes. C’est la fin pour elle.

Souriant, le regard empli d’un désir sans commune mesure, je m’allonge à son côté. Sur les draps tachés de son sang. Je décale ma tête et attrape sa chevelure. Je la tourne légèrement vers moi, colle mon oreille à ses lèvres. Elle exhale ses derniers soupirs. Je ferme à nouveau les yeux et ma main vient se perdre entre mes cuisses, sous mon jean. Je me mords la lèvre inférieure, une nouvelle fois. Et j’écoute sa respiration sifflante. Je gémis avec ses soupirs. Je me caresse au rythme de sa mort. Le plaisir est là. Il est bon. Il est tout ce que j’aime, tout ce que je veux. Je l’encourage même de ma voix douce, délicatement :

- Oui… Je t’en prie… Ne t’arrête pas… Meurs pour moi… Vas-y, meurs pour moi, belle inconnue…

Sa respiration se calme. Ca y est. Elle va succomber. Et moi aussi. Ma main se fait frénétique entre mes cuisses et à la seconde où elle rend son dernier souffle, mon corps se tend, je me cambre, et j’exhale un cri de jouissance qui accompagne son âme pour son dernier voyage.

Je mets quelques longues minutes à m’en remettre, allongé à son côté. Sur le dos. Je reprends mon calme. Mon souffle s’apaise. Je me sens bien. Léger, épanoui. Je me redresse et m’extirpe des draps humides. Je me débarrasserai du cadavre un peu plus tard. Je m’étire une fois debout, avant d’observer ma peinture. La toile est belle. J’ai réussi à capter l’essence même de sa souffrance, je crois. Elle est mon chef d’oeuvre. Je regrette un peu de ne pas avoir su son prénom pour baptiser mon oeuvre, mais tant pis. Je vais laisser sécher tout ça et j’irai porter la toile à la galerie qui expose mes travaux. Mais avant tout, il faut que je prenne une douche.

En me dirigeant vers ma salle de bain, j’ai le sourire aux lèvres. Une de plus à ma collection. Mais je sais que ma joie est éphémère. Il m’en faut toujours plus. Alors, au moment où j’entre dans la douche et où j’allume le jet d’eau chaude après avoir ôté mes vêtements, une pensée me vient et elle me fait sourire.

Vivement la prochaine...
Revenir en haut Aller en bas
Emmanuel Lawson
avatar
Goupix Médhyena Rex Han Solo Anakin Padmé
♦ Messages : 284
♦ Age du Personnage : 41
♦ Ville d'origine : Rosalia, Johto
♦ Job : Scientifique
♦ Pokémon rêvé : Ptera
♦ Type préféré : Ténèbres
♦ Avatar : Harrison Ford

Voir le profil de l'utilisateur http://ichooseyou.forumactif.com/t105-carte-dresseur-d-emmanuel-lawson
MessageSujet: Re: Myron, écrivain et poète à ses heures perdues. :3   Lun 5 Juin - 12:03

C'est vachement intéressant comme thème ! J'aime bien ce que tu en as fait d'ailleurs XD

__________________________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Myron, écrivain et poète à ses heures perdues. :3   Lun 5 Juin - 13:11

Beaucoup de talent par ici ! On veut en voir plus !
Revenir en haut Aller en bas
Myron Stark
avatar
Kicklee Braségali Baudrive Élekable Monorpale Dynavolt
♦ Messages : 812
♦ Age du Personnage : 31
♦ Ville d'origine : Jausiereine
♦ Job : Agent de la Team Rocket
♦ Pokémon rêvé : Kicklee
♦ Type préféré : Combat / Psy / Acier
♦ Avatar : Josh Hartnett

Voir le profil de l'utilisateur http://ichooseyou.forumactif.com/t469-carte-dresseur-de-myron-stark
MessageSujet: Re: Myron, écrivain et poète à ses heures perdues. :3   Lun 5 Juin - 16:44

Merci beaucoup Emmanuel :3

Ca arrive, Illa, ça arrive !

Le prochain, c'est un tout petit texte. Un petit défi qu'on m'avait lancé pour voir. La personne m'a dit " Ecris une déclaration d'amour, de la longueur que tu veux, sans jamais utiliser la lettre R. ". Pas facile mais ça a donné ça :
___

Tu es la femme qui illumine mes nuits. Quand le soleil se couche aux confins du monde, ta compagnie devient ma seule envie. Ma seule évidence. Juste une chose qui devient authentique. Un abandon de mon moi, qui se change en un nous. Un nous quasiment fantastique, quand tu m’envoûtes de tes yeux d’ange, de ton visage et de ta silhouette divine que je veux, que j’emmène, que je mène jusqu’à un Eden bâti de nos fantaisies et de nos souhaits. Un lieu, dont nous dépendons, où les soucis s’envolent à chaque instant où nos bouches se mêlent et nos lignes s’enlacent dans un ballet délicat, doux et sans cesse néanmoins plus fougueux. Une bulle, qui n’existe qu’en tant qu’oasis de sentiments et de sensations, où nos vies se suspendent l’espace de quelques secondes, minutes, et même plus.
Ce temps où quand j’y suis et que je t’y contemple, il ne me faut qu’un battement d’âme et je sais. Je sais que je t’aime.
Tu es la femme qui illumine mes nuits, et tellement plus. Tu es mon ange. Et je t’aime.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Myron, écrivain et poète à ses heures perdues. :3   Lun 5 Juin - 18:11

J'adoooore le concept !
Revenir en haut Aller en bas
Myron Stark
avatar
Kicklee Braségali Baudrive Élekable Monorpale Dynavolt
♦ Messages : 812
♦ Age du Personnage : 31
♦ Ville d'origine : Jausiereine
♦ Job : Agent de la Team Rocket
♦ Pokémon rêvé : Kicklee
♦ Type préféré : Combat / Psy / Acier
♦ Avatar : Josh Hartnett

Voir le profil de l'utilisateur http://ichooseyou.forumactif.com/t469-carte-dresseur-de-myron-stark
MessageSujet: Re: Myron, écrivain et poète à ses heures perdues. :3   Lun 5 Juin - 18:19

Le prochain c'est un texte un peu spécial. J'vais pas vous spoiler le truc, mais vous risquez d'être surpris en le lisant xD

__

Je suis dans le noir. Seule, parmi toutes les autres. Mon coeur est durci par la peur, ma peau est figée dans une éternelle étreinte d’immobilité. Les autres sont muettes, autour de moi. Ma propre voix ne se fait pas entendre, je n’ai même plus la force d’émettre un son. J’ai peur. J’avais oublié ce sentiment. Cette sensation, qui prend aux tripes et qui vous laisse pantelant, paralysé, sans aucun moyen d’y échapper. J’ai peur.
Ils nous ont déplacé. Un mois d’emprisonnement, un mois sans voir la lumière du jour. Aucun bruit, aucune compagnie, juste la présence, délétère, de mes soeurs oubliées. Nous étions toutes là, dans une immuable catatonie, dans l’attente d’un geste, d’un mot, d’un semblant d’activité… Mais rien n’est venu. Personne n’est venu. Et l’espoir nous a peu à peu quitté, de même que l’envie, de même que le besoin. Ne laissant que la passivité et l’angoisse, avant qu’il n’y ait plus rien.
Jusqu’à quelques minutes auparavant. La porte s’est ouverte, et nous avons vu la lumière, pour la première fois depuis tant de semaines. Le coeur de certaines d’entre nous s’est empli d’espoir à nouveau, mais malgré tout, elles n’ont rien pu faire pour empêcher ce qui a suivi. Nous sommes toutes tombées, en proie à une force que nous n’avons pas compris. Nous avons chuté, et perdue au milieu des autres, je n’ai rien pu faire pour empêcher ça. Je n’en avais même pas envie. Même pas la force, de toute façon.
Je ne fais qu’attendre la mort. Je sais qu’elle arrive. C’est ce que je veux. Je prie pour qu’elle ne soit pas douloureuse. Mais qu’elle vienne enfin me prendre. Sauvez-moi de cette vie de misère. Je n’en peux plus. Je ne veux plus de cette solitude, de cette noirceur. Je ne veux plus être enfermée, à jamais, en compagnie de toutes mes soeurs. Que la mort vienne et nous prennent toutes, les unes après les autres, pour qu’enfin nous soyons libres.
La chaleur arrive soudainement. Je ne m’y attends pas. Alors que j’ai froid depuis si longtemps… Cette chaleur est presque salvatrice. Mais elle est trop forte. Ce n’est pas normal. Et mon corps bouge, enfin, sans que je ne puisse le contrôler. De… l’eau ?... Est-ce qu’ils comptent nous noyer ? Je me sens submergée, mon corps cogne contre les autres, j’ai cessé de pouvoir respirer. Un tourbillon brûlant m’enlace, et pendant quelques secondes, je me sens mieux. Comme dans les bras d’un amant, protégée par son corps torride. Puis, la chaleur devient trop intense. Ma peau brûle.
J’essaie de hurler, mais aucun son ne sort d’entre mes lèvres. L’eau s’y engouffre, et je m’étouffe, ajoutant encore à ma douleur. Je voulais mourir, et maintenant je souhaite juste que la souffrance s’arrête. Le débit du tourbillon finit par s’amenuiser, et je reste immobile. Les bulles remontent vers la surface, et j’arrive encore, malgré la chaleur, à voir le corps de mes soeurs flotter à mes côtés, en proie à la même douleur que celle qui me traverse la peau. De temps à autre, le cadavre de l’une d’entre elle vient frapper un autre. Je suis encore vivante, mais pour combien de temps ?...
Je me sens étrangement calme, et pourtant, je sens la vie qui me quitte. La douleur ne m’a pas quitté, mais je l’accepte, maintenant. La mort est proche. Je l’appelle d’autant plus. Viens, s’il te plaît. Je m’offre à toi. Je t’offre ma vie, si misérable, mais j’espère que tu seras satisfaite. Autant que moi. Ma poitrine me brûle autant que ma peau. Je pars. Avec vous toutes.
Nous sommes libres…

Le minuteur sonne, et la cuillère en bois quitte la casserole. C’est bon. Un sourire s’affiche sur son visage. Il a trop faim pour attendre plus de toute façon. Ces pâtes, il va se faire un plaisir de les dévorer… Peut-être même avec un peu de crème fraîche.
Revenir en haut Aller en bas
Arwen Dion
avatar
Flanelle Milady Emi
♦ Messages : 110
♦ Ville d'origine : Safrania Kanto
♦ Job : Photographe/Auteur
♦ Pokémon rêvé : Galopa, Dracaufeu, Dracaulosse, Milobeluss, Simiabraz, ...
♦ Type préféré : Feu et Dragon

Voir le profil de l'utilisateur http://ichooseyou.forumactif.com/t660-carte-de-dresseur-de-arwen-dion
MessageSujet: Re: Myron, écrivain et poète à ses heures perdues. :3   Mar 20 Juin - 22:56

J'admire ta splendide plume mon cher Myron.
Je ne suis pas très fan du genre auquel appartient le premier texte, par contre j'ai adoré les deux suivants.
Continue à poster ici, j'aimerais beaucoup en lire plus !
Revenir en haut Aller en bas
 
Myron, écrivain et poète à ses heures perdues. :3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» sonnet de felix arvers ( mes heures perdues)
» Kiowa Redmoon - Amérindien... et loup-garou à ses heures perdues
» William Rosace, Médecin a ses heures perdues.
» ~ Galerie de JJ à ses heures perdues ~
» Passe-partout, lézard à ses heures perdues.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I Choose You :: Hors-Jeu :: Coin des artistes-
Sauter vers: