⦿ Règlement
⦿ FAQ
⦿ Guide
⦿ Groupes
⦿ Localisation Pkmn
⦿ Annexes
⦿ Récapitulatif des Règles
⦿ Bottins

⦿ Multicomptes
⦿ Parrainage
⦿ Scénarios
⦿ Carte Dresseur
⦿ Erreurs
⦿ Boutique
⦿ Dé Starter
⦿ Dé Shiny
⦿ Dé Sexe du Pkmn
⦿ Succès
⦿ Validation Captures
⦿ Gestion Pkmn
⦿ Œufs
⦿ Clôture RP
⦿ Concours
⦿ Reproduction
⦿ Marché
⦿ Échange Miracle
⦿ Défis

Revenir en haut Aller en bas



 

Partagez
 

 Can't help but feel || Gasper VII

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Can't help but feel || Gasper VII Empty
Message(#) Sujet: Can't help but feel || Gasper VII Can't help but feel || Gasper VII EmptyMar 21 Mai - 21:18

Il y a du monde ce soir. Une silhouette encapuchonnée, près de l'entrée, observe avec attention la horde de specateurs qui pénètre progressivement pas les grandes portes de la salle de spectacle. Lunettes de soleil sur le nez et clope au bec, Gaspar scrute la foule à la recherche d'une silhouette, et une seule, l'angoisse au ventre. Est-ce qu'il va venir ? Il n'a eu aucune nouvelle, pas un message, rien. Il n'en attendait pas tant, évidemment, mais ça ne l'aide pas à se rassurer. S'il ne vient pas, qu'est-ce qui va se passer ? Il va arrêter la musique, se concentrer sur ses pokémons, collectionner les badges... bien sûr que tout ça le tente, qu'il a hâte de tourner cette page, de se consacrer à autre chose. Mais quelque part, il sait déjà que le vide laissé par le jeune homme ne sera pas comblé par ses victoires, quelles qu'elles soient. Le problème qu'il a rencontré dans sa première carrière se posera dans la deuxième. S'il ne l'a pas lui, il n'a rien.

« C'est mon mari que tu regardes comme ça, Neskov ? » Le ton, rieur, le fait pourtant sursauter ; il tourne tout à coup la tête vers l'homme qui vient s'adosser au mur près de lui, les yeux écarquillés derrière ses lunettes de soleil, surpris d'avoir été reconnu. Mais c'est Ethan qui se tient là, un sourire au coin des lèvres tandis qu'il allume sa propre cigarette. Il se détend instantanément, Gaspar, riant même légèrement de la plaisanterie. « Il est venu à tous les concerts ? demande-t-il sur le ton de la conversation, parfaitement conscient que le bassiste sait très bien qui il cherche comme ça. » « Tous ceux pour lesquels il a pu se libérer. C'est pas le seul, d'ailleurs. » Le chanteur hausse les épaules, recrachant la fumée du tabac. « Il y a beaucoup de fans réguliers, lâche-t-il, sans comprendre pourquoi le brun hausse un sourcil devant lui. Tu crois qu'il va venir ? » Il n'en a jamais vraiment parlé avec Ethan, mais il sait que le bassiste a compris, dès le premier soir. D'ailleurs il a l'air d'avoir compris certaines choses un peu mieux que lui. « Des fois je me demande franchement si tu le fais exprès, j'te jure... » Surpris, il ouvre la bouche pour demander d'où ça sort, ça encore, mais s'interrompt en voyant le bassiste lui désigner quelque chose d'un geste du menton.

Il tourne la tête, se fige en reconnaissant celui qu'il attendait. Son coeur s'emballe, sa gorge se serre ; tout à coup il se demande si c'était une bonne idée de l'avoir invité. La pensée le quitte aussitôt. Il est venu. Alors, il a eu raison, et il aura raison de faire ce qu'il a prévu ce soir. Quel que soit le prix de son retour, il est prêt à le payer. Alors, abandonnant Ethan sur place sans même se rendre compte qu'il vient de le planter de la plus impolie des manières, il s'élance, avance à grands pas vers le batteur après quelques foulées d'une course qui attire trop vite les regards vers lui. Il n'a aucune envie d'être reconnu par les autres. « T'es venu ! lance-t-il alors, un immense sourire aux lèvres. » L'expression surprise du jeune homme - qui boite, d'ailleurs, un mois n'a pas suffi à remettre sa hanche tout à fait en état apparemment - se fronce légèrement quand il reconnaît le sweat que porte le chanteur ; lequel descend alors légèrement ses lunettes de soleil pour croiser directement le regard sombre d'Oliver. Il esquisse un petit sourire navré. « Désolé, j'avais pas envie d'être emmerdé avant le concert. J'suis content que tu sois là. »
Revenir en haut Aller en bas
Oliver Porter
Oliver Porter
Allumette Storm Calypso Tempête Nyméria Hadès
⦿ Messages : 1204
⦿ Age du Personnage : 27
⦿ Ville d'origine : Ebenelle, région de Johto
⦿ Job : Batteur et percussionniste itinérant
⦿ Pokémon rêvé : Absol
⦿ Type préféré : Le type feu ♥
⦿ Avatar : Ben Barnes by Carolcorps
⦿ Commentaires : Can't help but feel || Gasper VII 1559494725-15594946452891130
Can't help but feel || Gasper VII Tenor
Can't help but feel || Gasper VII 7a5f16d396d953c879d2f3df588d503e
Can't help but feel || Gasper VII PowerfulHeavyDavidstiger-small
Can't help but feel || Gasper VII Tumblr_mqn39b5Ev71s6hco9o2_400
Can't help but feel || Gasper VII Giphy
Can't help but feel || Gasper VII ParchedSophisticatedArthropods-small

Fiche de liens
Fiche rp

http://ichooseyou.forumactif.com/t4685-carte-dresseur-d-oliver-porter
Can't help but feel || Gasper VII Empty
Message(#) Sujet: Re: Can't help but feel || Gasper VII Can't help but feel || Gasper VII EmptyMer 22 Mai - 0:26

Pourquoi il est venu, Oliver ? Il va continuer à se persuader qu'il a cassé les pieds de toutes les infirmières pour sortir juste au prétexte de prendre l'air ? Il avait le droit de quitter sa chambre quand il voulait quand les soins ou le repos n'étaient pas de rigueur. Ah, il connait le parc de l'hôpital par coeur. Ce soir, il a tout de même désobéi à la menace tacite de l'interne qui l'a laissé sortir pour la soirée ; la condition était qu'il revienne aux environs de minuit. Sauf qu'il est déjà vingt et une heures, qu'il a quitté l'hôpital dans l'après midi pour aller directement à la gare et prendre un billet pour Centrapolis. La tournée de Gaspar se termine ce soir ; dans l'enveloppe qu'il a reçue le mois dernier, le billet était là, sans mot, sans rien. ça sonnait comme un reviens auquel il ne devrait pas répondre, le jeune homme. Mais il est bien là pourtant, clopinant dans la gare de la ville à attendre un bus qui doit le conduire jusqu'à la salle de concert. Le festival se déroule dans un hall immense, bordé de petites salles dans lesquelles les musiciens et groupes se produisent. En temps normal, ça l'aurait sans doute enchanté ; maintenant, il en sait trop rien. Il sait pas du tout si ce qu'il fait est bien ou non.

Il a mal, mais ça fait un mois alors il a l'habitude. ça le rend fou de rester allongé, sans distraction aucune que la télévision qui passe n'importe quoi sur son antenne ; au moins il est seul dans sa chambre, c'est déjà ça, il ose à peine penser à ses nerfs s'il se retrouvait avec un vieux qui tousse. Un mois, un plâtre et une opération. Des exercices pour bouger les hanches de nouveau, essayer de marcher, un peu. Il y parvient assez vite, mais on ne le laisse pas quitter l'hôpital faute d'appartement où s'installer pour récupérer. Son séjour va lui coûter cher. Tant pis, sa mère lui a déjà dit qu'elle payait tout, si c'est pas formidable.
Ce soir, il sait pas trop s'il est prêt ; mais ça lui fout au moins un peu la paix, suffisamment pour qu'il tente ce voyage en sachant qu'il risque de le regretter. Tant pis. C'est une toute autre douleur qui viendra sans doute combler celle qui martèle encore épisodiquement son bassin.

Gaspar est resté une semaine, mais il ne l'a pas revu ou pas comme il l'aurait voulu. Les cadeaux, laissés sur un coin de sa table de chevet, ont été seuls témoins des derniers vestiges d'une relation morte avant même de naître. Le coeur lourd, il ferme les yeux, debout dans le bus, sa béquille prêtée par l'hôpital à la main. Il va faire une drôle de gueule l'interne, quand il le verra pas demain matin dans son lit. Il ira dormir à l'hôtel, tant pis. Il se débrouillera. Ou il rentrera en stop, pour ce que ça change.
Clope au bec, il descend au bout d'une demi-heure, et rejoint la foule qui se presse pour rejoindre la salle de concert. Le festival a du succès, visiblement, et ça ne l'étonne pas ; pour une fin de carrière, Gaspar a décidé de viser au sommet, hm ? C'était il y a deux mois. C'est comme si c'était hier.

Un regard vers le grand hall lui indique que ça a déjà commencé ; il y a de la musique à l'intérieur, rien de connu de lui. Il va rester là une seconde, il a aperçu Ethan et Halo un peu plus loin, il va aller leur dire bonjour. Il l'a beaucoup aimé le bassiste, à l'époque où il croyait avoir une seconde chance. Ce dernier lui adresse d'ailleurs un sourire, quand il s'avance. Il n'a pas le temps de le rejoindre, cela étant : un homme, inconnu au bataillon à première vue, lunettes noires et pull à capuche, se précipite vers lui avec un grand sourire. C'est quoi cette blague ? C'est qui, lui ? « T'es venu ! » « ...oui ? » Il le détaille, une seconde ; reconnait le pull élimé bleu nuit que Gaspar portait tous les matins avant d'aller prendre sa douche. Ses sourcils se froncent, une fraction de secondes ; puis c'est l'amusement, quand il sourit doucement, à demi. « Et cet accoutrement, c'est ta tenue de scène ? décide-t-il de plaisanter, pour détendre l'atmosphère. » Il a l'air contrit, Gaspar, sans vraiment l'être pour autant, quand il passe une main gênée dans ses cheveux blonds, sous la capuche. « Désolé, j'avais pas envie d'être emmerdé avant le concert. J'suis content que tu sois là. »

Pourquoi tu m'as invité ? n'ose-t-il pas demander, par peur de foutre en l'air une ambiance qui n'est pas trop tendue, cette fois. Gaspar lui a sauvé la vie, il ne peut pas le chasser comme ça, si ? Il n'en a aucune envie de toute manière, quand il devine ses yeux verts derrière les lunettes sombres et qu'il aimerait l'embrasser, soudain, là dehors, au milieu de la foule dont il se cache. Mais il n'en fait rien, garde cette insupportable distance quand ses yeux hurlent une toute chanson, du même genre qu'un mois auparavant, quand il était persuadé que personne ne l'entendait. Combien de temps est-il resté à pleurer sur le clavier de ce putain de piano, ce soir-là ? « ça me sort, je commençais à en avoir marre de l'hosto. Alors, c'est la dernière ligne droite ? » Après j'arrête. Est-ce que c'est toujours d'actualité ? « Je pouvais pas rater ça, quand même. T'es sûr de ce que tu fais ? » Est-ce qu'il sait ce qu'il abandonne, est-ce que ça ne le heurte pas, même un tout petit peu ? Il sourit, amusé devant l'accoutrement du chanteur, beaucoup plus mignon sur scène que dans ce gros machin informe. « Enlève au moins tes lunettes, hm ? » Laisse-moi regarder encore un peu.

__________________________________________
❝ Love a little harder ❞ And I feel alive when I'm with you, deep inside, it's something true. You're the only reason I fight, you're the best thing in my life.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Can't help but feel || Gasper VII Empty
Message(#) Sujet: Re: Can't help but feel || Gasper VII Can't help but feel || Gasper VII EmptyMer 22 Mai - 17:44

Sa tenue de scène ? Sûrement pas, non, il a peut-être parfois des goûts douteux - paraît-il, hein - en matière de fringue, mais tout de même. Et puis il a quand même retenu certaines leçon au contact d'Oliver, hein ? La pensée le fait sourire intérieurement, pas vraiment amusé pour autant.
Il voit les yeux du jeune homme chercher les siens à travers les verres teintés, comme un appel silencieux et sûrement inconscient auquel il a terriblement envie de répondre. S'il avançait pour l'embrasser, maintenant, qu'est-ce qui se passerait ? Il sait pas, mais c'est pas vraiment le risque de prendre un coup dans la tronche qui l'arrête. D'une part, ce serait le meilleur moyen de tout foutre en l'air, si jamais il est repoussé. Ensuite, il est caché, là. Dans le sweat et derrière ses lunettes. Il a pas envie de lui faire croire que ce n'est toujours que de cette façon qu'il peut être avec lui, en public. C'est pas ça le message, ce soir ; ce sera plus jamais ça. « ça me sort, je commençais à en avoir marre de l'hosto. » Tu m'étonnes, il se dit en grimaçant en guise de réponse. Un mois entier ; à sa place, il deviendrait dingue. « Alors, c'est la dernière ligne droite ? » Un sourire étire les lèvres du chanteur sur le point de tirer sa révérence. « Eh ouais, on y est. » Il a hâte, étrangement. Cette page, ça fait longtemps qu'il aurait dû la tourner ; d'aucun dirait qu'il n'aurait jamais dû l'écrire. Il ne sait pas s'il est d'accord, c'était bien tout ça, et ça lui a quand même apporté beaucoup. Ca lui a pris pas mal de choses, aussi. Il est temps que ça s'arrête, de passer à une autre page. « Je pouvais pas rater ça, quand même. T'es sûr de ce que tu fais ? » Oui. C'est un peu étrange d'en être aussi sûr, de ne même pas hésiter un tout petit peu à laisser derrière lui ce qui a constitué presque toute sa vie depuis des années. « Enlève au moins tes lunettes, hm ? » A nouveau, il sourit en s'exécutant, songeant que sa capuche suffira bien. Lui-aussi, ça le frustrerait de ne pouvoir regarder Ollie qu'à travers un déguisement débile. Quelque part, il croit qu'il commence à comprendre ce que ressentait son amant, quand ils étaient ensemble et qu'il se cachait. C'était un peu ça, d'une certaine façon.

La lumière crue lui fait plisser les yeux une seconde, mais il finit par distinguer les traits d'Oliver. Il est un peu pâle, fatigué sans doute. Est-ce qu'il arrive à dormir correctement dans cet hôpital ? Avec un peu de chance, il finira sa convalescence ailleurs. « J'suis sûr, oui. J'ai même pas vraiment peur, en fait. » Pas peur de ça, en tout cas. S'il chante sa chanson et que rien ne se passe, ça risque de le faire paniquer un peu plus. « C'est une première, je crois bien, cette dernière. » « C'était brillant, ça. » La voix d'Ethan le fait se retourner, un sourire débile aux lèvres. « Sois pas jaloux, monsieur-j'ai-pas-d'humour. » Près du bassiste, Gaspar repère aussitôt la silhouette chétive de Halo, à qui il sourit doucement. La présence du petit banquier l'apaise systématiquement, même s'il ne comprend pas très bien pourquoi. « Si tu penses qu'il n'en a pas, tu ne le connais pas très bien, Gaspar. » « Pas aussi bien que toi, rassure-toi, plaisante-t-il avant de s'écarter d'un pas afin d'ouvrir le cercle pour laisser le batteur s'insérer. Ollie, j'te présente Halo. C'est le mari d'Ethan. » Il dit ça tranquillement, comme si c'était parfaitement normal. Deux mois, il n'aura fallu que ça. Presque que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Oliver Porter
Oliver Porter
Allumette Storm Calypso Tempête Nyméria Hadès
⦿ Messages : 1204
⦿ Age du Personnage : 27
⦿ Ville d'origine : Ebenelle, région de Johto
⦿ Job : Batteur et percussionniste itinérant
⦿ Pokémon rêvé : Absol
⦿ Type préféré : Le type feu ♥
⦿ Avatar : Ben Barnes by Carolcorps
⦿ Commentaires : Can't help but feel || Gasper VII 1559494725-15594946452891130
Can't help but feel || Gasper VII Tenor
Can't help but feel || Gasper VII 7a5f16d396d953c879d2f3df588d503e
Can't help but feel || Gasper VII PowerfulHeavyDavidstiger-small
Can't help but feel || Gasper VII Tumblr_mqn39b5Ev71s6hco9o2_400
Can't help but feel || Gasper VII Giphy
Can't help but feel || Gasper VII ParchedSophisticatedArthropods-small

Fiche de liens
Fiche rp

http://ichooseyou.forumactif.com/t4685-carte-dresseur-d-oliver-porter
Can't help but feel || Gasper VII Empty
Message(#) Sujet: Re: Can't help but feel || Gasper VII Can't help but feel || Gasper VII EmptyMer 22 Mai - 19:17

Les yeux verts de Gaspar se dévoilent de nouveau et il sourit, le  jeune homme, il sourit doucement en reconnaissant le regard qui lui manquait. Tout ce qui s'est passé durant ce mois, les gens qu'il a rencontrés, les lits qu'il a occupés, ça termine balayé, envolé en la présence du chanteur. Il est amoureux de lui, il le sait depuis longtemps, et il n'a pas réussi à se le sortir de la tête. Pour un autre, ça a pris des années, et il ne l'a plus jamais revu. Pour Gaspar, il ne sait pas si ça va durer aussi longtemps. Il sait juste que ça le fusille à chaque fois de le revoir, de  lire son hésitation et ses regrets, malgré  la fausse joie qui illumine ses traits délicats. Il est beau son chanteur, et il aurait été tellement fier de le tenir par la taille, ailleurs, dehors, ensemble, au milieu des autres qui n'en auraient absolument rien eu à foutre.

« J'suis sûr, oui. J'ai même pas vraiment peur, en fait. » Non, et il s'en est déjà aperçu la dernière fois,  de la détermination  sans faille du chanteur quand il a parlé d'arrêter. Tant mieux, c'est bien. S'il pouvait aussi arrêter d'avoir peur de lui-même, ça serait merveilleux mais il ne faut pas trop en demander, pas vrai ? « C'est une première, je crois bien, cette dernière. » « C'était brillant, ça. » Très con, en fait. Il tourne  la tête, lui aussi, et observe Ethan qui s'approche, flanqué d'un homme frêle prêt à s'envoler au moindre coup de vent, bien habillé, les cheveux en bataille. Il a pas eu l'occasion de beaucoup lui parler à Ethan, mais ça ne l'empêche pas de lui sourire et de tendre une main pour serrer la sienne. « ça va, mec ? » « Sois pas jaloux, monsieur-j'ai-pas-d'humour. » Qui c'est, l'homme près de lui ? Son mari, il croit bien, Ethan lui en avait touché deux mots à la sortie d'une répétition. Un homme aux cheveux roux, banquier, très très riche et plus gentil que n'importe qui. Il irradie d'une aura étrange, douce, réconfortante.

« Si tu penses qu'il n'en a pas, tu ne le connais pas très bien, Gaspar. » « Pas aussi bien que toi, rassure-toi. » J'espère bien, songe Oliver alors qu'il sourit au couple, qu'il espère quand même, secrètement, que ça réveillera Gaspar un jour, de  les voir se montrer sans rien craindre. « Ollie, j'te présente Halo. C'est le mari d'Ethan. » Il serre cette seconde main en se penchant un peu, prenant appui sur son horrible béquille de merde. « Enchanté. ça fait un moment que je te vois. » Il rougit, le dénommé Halo, ça lui monte jusqu'aux oreilles. « Je... je rate rarement les concerts de Gaspar. J'aime beaucoup voir Ethan jouer. » C'est adorable, de les voir se sourire, d'observer leurs mains se nouer. « Tu sais ce que tu vas faire Ethan, ensuite ? » L'homme hausse les épaules, doucement. « On verra, je trouverai peut-être un autre groupe. »

Il s'apprête à répondre Oliver, sourire, lâcher une  banalité avant de rentrer dans la salle C'est une voix, à sa gauche, qui l'arrête pourtant tout  net alors qu'il se fige et ouvre des yeux écarquillés. « Oliver ? »
Ce timbre, cette voix, il en  connait chaque grain, de ses cris de rage à ses pleurs, de ses rires à ses soupirs. Le frisson glacé remonte le long de son échine, il serre les dents, crispe immédiatement les poings. Il n'ose pas se tourner tout de suite mais pourtant il le fait, il sait pas pourquoi, sûrement parce qu'il est encore persuadé que c'est pas vrai, qu'il est pas là, qu'il est pas dans la région. C'est pas possible.
Et pourtant si, il est là. Ses yeux noirs, aussi noirs que son putain de coeur sec, cassant, ses cheveux désordonnés, son visage fin et ce putain d'air étonné qui se mue en sourire sournois quand enfin il le voit, et qu'au vu de la réaction de Gaspar, c'est pas du tout une hallucination. Mallory le fixe, sans ciller ; lui, il a envie de  lui envoyer son poing dans la gueule ou de disparaître, au choix.

« Je savais pas que t'étais dans la région. Si c'est pas le hasard. » « Qu'est-ce que tu fous là. » Le jeune homme se met à rire, lève les mains en signe de paix, et soudain il a vraiment envie de le fumer. Il a du bol qu'il ait la hanche cassée, bordel. « Je te suis  pas ! Asylum s'installe à Ebera pour un moment. On veut voir si ça peut marcher, ici. » Il ne répond pas. C'est trop dur, les mots restent serrés dans sa gorge alors qu'il fronce les sourcils. « Tu joues ce soir ? » « Ouais. ça me fait plaisir de te voir, qu'est-ce qu'il t'est arrivé ? demande-t-il en lui désignant sa béquille d'un geste du menton. » Oliver cligne doucement ses paupières, cherche son souffle, inspire profondément. « J'suis tombé. » « Toujours aussi casse-cou, hein. » Répond l'autre, comme s'il n'avait pas foutu quatre années de sa vie en l'air, plus si on compte le temps qu'ils ont passé ensemble. ça n'a même pas l'air de l'effleurer, pas une once de culpabilité chez cet enfoiré qui le regarde et qui ose le sourire, faussement désolé comme le sale faux jeton de merde qu'il est. « Elle va bien, Lora ? » « Oh, oui. Toujours aussi chiante mais bon, elle est toujours là. » T'es toujours un salaud alors. Combien de coeurs t'as brisé ?

Enfin, il lève la tête vers Gaspar. Au vu du sourire provocant qu'il lui adresse, ils se connaissent. Putain, comment ils se connaissent ? « Ah oui, Neskov c'est ça ? J'ai hâte de voir ce que tu vas nous jouer, ce soir. J'vais aller m'installer. » Puis se tournant vers Oliver, il lui ose ce regard, ce regard qui hurlait viens chez moi ce soir, quand après une dispute, ils se retrouvaient pour  les concerts. ça lui coupe le souffle, ce culot, ça assombrit sa haine. « Faudra qu'on se voie, dans pas longtemps. A plus tard. » Et il disparaît, aussi vite qu'il était venu, sous ses yeux écarquillés. Il va devoir entrer dans cette salle ? Le regarder jouer ? Quand il voit le regard plein de questions de Gaspar, cependant, il se rappelle pourquoi il l'a largué. T'allais me faire la même chose. Pas certain pourtant, que le chanteur comprenne pourquoi il a l'air aussi en colère, maintenant. « Vous le connaissez ce mec ? » «  Il n'est pas désagréable à regarder, en tout cas. »

__________________________________________
❝ Love a little harder ❞ And I feel alive when I'm with you, deep inside, it's something true. You're the only reason I fight, you're the best thing in my life.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Can't help but feel || Gasper VII Empty
Message(#) Sujet: Re: Can't help but feel || Gasper VII Can't help but feel || Gasper VII EmptyMer 22 Mai - 20:26

« Enchanté. ça fait un moment que je te vois. » Un moment qu'il le voit ? Comment ça ? Gaspar, lui, ne l'a vu qu'aux concerts. Est-ce qu'Ethan a continué à voir Ollie et lui a déjà présenté son mari ? Non, il vient de dire enchanté. Ils se sont vus où, alors ? « Je... je rate rarement les concerts de Gaspar. J'aime beaucoup voir Ethan jouer. » Aux concerts. Ils se sont vus aux concerts. Ca veut dire... qu'Oliver était là ? Avant son accident, en tout cas ? Il est paumé. Pourquoi il l'a pas vu, pourquoi il s'est planqué ? Parce qu'il l'a largué ? Mais pourquoi il est venu alors ? Il comprend rien, le chanteur, ça lui file presque mal au crâne. « Tu sais ce que tu vas faire Ethan, ensuite ? » « On verra, je trouverai peut-être un autre groupe. »

Ils se dirigent vers l'entrée de la salle ; Gaspar a fini par descendre sa capuche. « Oliver ? » Interrompu par la voix surgie de derrière eux, il s'arrête ; remarque en premier l'air absolument horrifié du batteur. Ses sourcils se froncent, alors qu'il se tourne pour observer l'inconnu... qui n'en est pas un. C'est le chanteur d'un groupe inconnu qu'il a vu se produire à quelques festivals ; pas mauvais.  Ca passe, quoi. Il a un prénom de fille, c'est tout ce qu'il a retenu. D'où il connaît Ollie ?

« Je savais pas que t'étais dans la région. Si c'est pas le hasard. » « Qu'est-ce que tu fous là. » Alerté par le son incroyablement froid du jeune homme, il tourne la tête vers lui ; trouve sa mâchoire contractée, constate que ses poings sont serrés. Il se passe quoi, là ? « Je te suis  pas ! Asylum s'installe à Ebera pour un moment. On veut voir si ça peut marcher, ici. » Peut-être bien, puisque la place de rockstar numéro un se libère. Il profite de l'occas, le petit, il est pas fou. « Tu joues ce soir ? » « Ouais. ça me fait plaisir de te voir, qu'est-ce qu'il t'est arrivé ? » Pourquoi ça a l'air d'être si douloureux, pour Oliver, de se trouver en face de ce mec ? Ils se connaissent d'où ? Depuis quand ? Ollie a quand même pas trouvé le moyen de se faire briser le coeur depuis qu'il l'a largué ? « J'suis tombé. » « Toujours aussi casse-cou, hein. » Ca fait longtemps qu'ils se connaissent alors. C'est vieux, et peut-être même pas une histoire de coeur après tout. « Elle va bien, Lora ? » « Oh, oui. Toujours aussi chiante mais bon, elle est toujours là. » Il est largué Gaspar, et les deux autres hommes aussi apparemment ; ils veulent peut-être qu'on les laisse en paix ? Tant pis, le chanteur n'en a aucune intention. C'est trop étrange, cette colère qui boue dans les veines d'Oliver. C'est pas normal.

Enfin, le joyeux inconnu se rappelle qu'il n'est pas seul avec son interlocuteur et lève le nez vers lui. Il le reconnaît, apparemment. Quoi de plus normal ? Tout le monde le connaît ici. « Ah oui, Neskov c'est ça ? J'ai hâte de voir ce que tu vas nous jouer, ce soir. J'vais aller m'installer. » « De la bonne musique, répond-il du tac au tac. Prends-en de la graine. » Il n'aime pas du tout le ton que prend ce petit prétentieux, comme si le monde lui appartenait, et qu'il avait le droit de prendre de haut ses aînés en terme de paysage musical. Il peut aller se rhabiller, ce pseudo rebelle incompris et torturé. La mode émo est passée depuis longtemps.

Mais il répond pas, le petit con, il oublie déjà les autres pour se concentrer sur Ollie à qui il jette un regard... une seconde. Non mais pour qui il se prend ce petit connard de merde ? « Faudra qu'on se voie, dans pas longtemps. A plus tard. » Compte là-dessus, tiens. « Vous le connaissez ce mec ? » « C'est le chanteur d'Asylum. Lorie, j'crois, dit-il avant de croiser le regard perplexe d'Ethan. Quoi ? Il a un prénom de fille, je crois qu'il y a une chanteuse qui s'appelle comme ça. C'est peut-être lui ! » « Il n'est pas désagréable à regarder, en tout cas.  » Le chanteur hausse les épaules, quittant furtivement des yeux le bassiste et son mari pour jeter un coup d'oeil à Oliver qui semble toujours absolument furieux. « Si on aime le genre pseudo rebelle en crise d'adolescence à trente ans, j'imagine, ouais. » De toute façon c'est bien simple, s'il le revoit s'approcher d'Oliver il lui casse la gueule. Ca devrait pas être bien compliqué.

Ethan tourne la tête vers la scène, avisant les musiciens qui la quittent en remerciant le public. « Va falloir y aller, Gaspar. » « Vas-y, fait-il sans lâcher des yeux Oliver. Je vous rejoins. » Il s'éloigne, et alors le dresseur tend la main, frôlant le poignet d'Oliver, soucieux. « Eh, fait-il doucement. Ca va ? »
Revenir en haut Aller en bas
Oliver Porter
Oliver Porter
Allumette Storm Calypso Tempête Nyméria Hadès
⦿ Messages : 1204
⦿ Age du Personnage : 27
⦿ Ville d'origine : Ebenelle, région de Johto
⦿ Job : Batteur et percussionniste itinérant
⦿ Pokémon rêvé : Absol
⦿ Type préféré : Le type feu ♥
⦿ Avatar : Ben Barnes by Carolcorps
⦿ Commentaires : Can't help but feel || Gasper VII 1559494725-15594946452891130
Can't help but feel || Gasper VII Tenor
Can't help but feel || Gasper VII 7a5f16d396d953c879d2f3df588d503e
Can't help but feel || Gasper VII PowerfulHeavyDavidstiger-small
Can't help but feel || Gasper VII Tumblr_mqn39b5Ev71s6hco9o2_400
Can't help but feel || Gasper VII Giphy
Can't help but feel || Gasper VII ParchedSophisticatedArthropods-small

Fiche de liens
Fiche rp

http://ichooseyou.forumactif.com/t4685-carte-dresseur-d-oliver-porter
Can't help but feel || Gasper VII Empty
Message(#) Sujet: Re: Can't help but feel || Gasper VII Can't help but feel || Gasper VII EmptyMer 22 Mai - 20:44

« C'est le chanteur d'Asylum. Lorie, j'crois, » Il en aurait peut-être puérilement ricané, si c'était pas aussi pathétique cette situation. Il a juré de ne plus jamais foutre un pied à Hoenn pour ne plus entendre parler de Mallory, et le voilà qui revient, comme ça dans sa vie comme un immonde boulet de canon qui menace de tout écraser sur son passage. « Quoi ? Il a un prénom de fille, je crois qu'il y a une chanteuse qui s'appelle comme ça. C'est peut-être lui ! »  Tant pis, il choisira soigneusement les lieux où il ira voir les concerts pour ne pas le croiser. S'il ne peut faire que comme ça pour l'éviter, alors c'est comme ça que ça se passera. Il a une bile amère dans la bouche Oliver, il est furieux contre la terre entière, soudain. Il est convaincu que sa soirée a été foutue en l'air en une fraction de secondes, alors il se fout bien de la rivalité entre les deux chanteurs, là tout de suite, même si Gaspar ne sait pas encore à qui il a affaire, en face. C'est du lourd aussi, l'expérience en moins.

« Si on aime le genre pseudo rebelle en crise d'adolescence à trente ans, j'imagine, ouais. » Tu peux parler, toi. La pensée vicieuse s'insinue dans son esprit, et il la regrette aussitôt. C'est injuste, après tout ce que Gaspar a fait pour lui ce dernier mois. Il a quitté Mirabellis, mais les fleurs sont quand même venues, presque tous  les jours à lui pour le rappeler à son souvenir. Et cette place, aussi, il a envie de croire que c'est pas uniquement pour qu'Oliver l'acclame. T'es pas comme lui, hein ? Jure-moi que t'es pas comme lui. Mais ce pull, ces lunettes ?

« Va falloir y aller, Gaspar. » La salle est pleine, tout le monde applaudit alors qu'il claudique pour entrer à son tour, songeant qu'au pire, il partira pendant qu'ils  jouent, ça vaut peut être mieux. Il aurait pas dû venir. « Vas-y, je vous rejoins. » Ethan hoche la tête, et il quitte les lieux, talonné par son mari ; et c'est seulement dans la pénombre qu'une main effleure doucement son poignet, maintenant que plus personne ne regarde. « Eh, ça va ? » Il se dégage. « ça va très bien, répond-il sèchement, peut être un peu trop vite. » Voilà pourquoi il l'a quitté, parce qu'il voulait pas vivre ça de nouveau, il ne peut pas lui accorder ce que Gaspar lui demande, il en a trop donné à un autre. C'est lui exclusivement, entièrement, partout, ou rien du tout, c'est pas plus compliqué. Il en remercierait presque Mallory de lui avoir réouvert les yeux. Qu'est-ce qu'il fout là, putain. C'est un vrai cauchemar.

Nerveux, il perçoit une question qu'il entend à peine, à propos de Mallory. Tu connais ce type ? Oui, il le connait, mais est-ce qu'il a envie de lui répondre ? Oui, bien sûr, ça le démange depuis un moment et après tout, il peut bien le savoir, maintenant, ils sont plus à ça près. Il l'a vu bien plus déglingué que ça, non ? « Ouais, j'le connais, finit-il par  lâcher, le regard ailleurs, les sourcils froncés, les  poings toujours serrés par la douleur, le manque, la totalité qui se mélange. Je le connais très bien, même. C'est un mec comme toi. »

__________________________________________
❝ Love a little harder ❞ And I feel alive when I'm with you, deep inside, it's something true. You're the only reason I fight, you're the best thing in my life.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Can't help but feel || Gasper VII Empty
Message(#) Sujet: Re: Can't help but feel || Gasper VII Can't help but feel || Gasper VII EmptyMer 22 Mai - 21:08

Il s'inquiète, Gaspar, il croit qu'il a jamais vu Oliver dans cet état. C'est qui ce gars, qu'est-ce qu'il lui a fait pour le heurter comme ça, alors qu'ils n'ont échangé que des banalités ? Ca l'angoisse un peu ; il a quelqu'un d'autre dans sa vie, ça y est ? Quelqu'un qui est revenu ? Il comprend pas, il a jamais entendu parler de ce type et... ses pensées s'arrêtent quand la main qu'il a cherchée lui est arrachée d'un coup sec. « ça va très bien. » Le ton, glacial, le crispe aussitôt ; il écarquille les yeux, cherche dans la pénombre le regard qu'Oliver lui dérobe. Il comprend pas, il comprend rien, il a besoin d'un peu d'aide pour rassembler toutes les pièces du puzzle, là. « Tu connais ce type ? demande-t-il, la voix un peu rauque, inquiète. » Pourquoi il s'énerve après lui aussi, maintenant ?

« Ouais, j'le connais. » C'était rhétorique, comme question, il attend autre chose à vrai dire. Ollie ne le regarde toujours pas, il tremble presque de rage. « Je le connais très bien, même. C'est un mec comme toi. » Cette fois, ça le heurte de plein fouet. La rancoeur, la douleur dans sa voix, c'est un reproche qu'il lui balance à la gueule, comme ça, brutalement. Presque choqué, il ouvre la bouche le chanteur, incapable pourtant de savoir quoi dire, de remuer les lèvres pour former des mots. Ce qui lui vient à l'esprit en premier, finalement, c'est un c'est pas juste qu'il ne prononce pas. Il comprend même pas vraiment d'où ça sort, pourquoi il l'associe à ce mec qu'il connaît même pas. Depuis son départ il n'a fait que le pleurer, il l'a supplié de rester, presque à genoux sous la pluie ; il lui a sauvé la vie, il a tout fait pour le réconforter ces dernières semaines, il est venu, il a... il a essayé de l'aider. C'était stupide de croire qu'il avait réussi, alors ? Pourquoi il a cru qu'il lui manquait, à Ollie, déjà ? Qu'est-ce qui lui a fait croire que peut-être il avait une chance de le retrouver ?
Tout, tout ce qui s'est passé depuis qu'il l'a trouvé dans les ruines. Tout jusqu'à ce que ce type débarque ; peu importe ce qu'il a fait, c'est Gaspar qui trinque. C'est pas juste. « C'est à dire ? » La question, rêche, s'échappe douloureusement de ses lèvres ; son regard froncé est rivé sur le visage d'Oliver, presque accusateur tout à coup. Qu'est-ce qui justifie ce revirement, hein ? Ca se passait bien, tout allait bien et d'un coup, c'est comme s'il le détestait à nouveau. Et c'est insupportable. « Tu m'expliques ? insiste-t-il, blessé, énervé à son tour. J'ai fait quoi cette fois, encore ? »
Revenir en haut Aller en bas
Oliver Porter
Oliver Porter
Allumette Storm Calypso Tempête Nyméria Hadès
⦿ Messages : 1204
⦿ Age du Personnage : 27
⦿ Ville d'origine : Ebenelle, région de Johto
⦿ Job : Batteur et percussionniste itinérant
⦿ Pokémon rêvé : Absol
⦿ Type préféré : Le type feu ♥
⦿ Avatar : Ben Barnes by Carolcorps
⦿ Commentaires : Can't help but feel || Gasper VII 1559494725-15594946452891130
Can't help but feel || Gasper VII Tenor
Can't help but feel || Gasper VII 7a5f16d396d953c879d2f3df588d503e
Can't help but feel || Gasper VII PowerfulHeavyDavidstiger-small
Can't help but feel || Gasper VII Tumblr_mqn39b5Ev71s6hco9o2_400
Can't help but feel || Gasper VII Giphy
Can't help but feel || Gasper VII ParchedSophisticatedArthropods-small

Fiche de liens
Fiche rp

http://ichooseyou.forumactif.com/t4685-carte-dresseur-d-oliver-porter
Can't help but feel || Gasper VII Empty
Message(#) Sujet: Re: Can't help but feel || Gasper VII Can't help but feel || Gasper VII EmptyMer 22 Mai - 21:33

Le visage de Gaspar se décompose sous ses yeux. Quelque chose lui dit qu'il est allé beaucoup trop loin, mais il ne peut pas revenir en arrière, maintenant. La  présence de Mallory a réveillé tout ce que Gaspar était parvenu à éteindre ces dernières semaines ; il avait presque réussi, presque, à ce qu'il le pardonne. Mais pourquoi pardonner ? Il l'a pas assez fait ? On s'est pas suffisamment foutu de sa gueule, il lui en faut encore ? Furibond, le garçon a les lèvres serrées, il ne sait pas où regarder, sûrement pas vers ce visage qui ne comprend absolument pas pourquoi ça lui retombe sur la gueule à lui. Mais c'est comme ça, c'est comme ça parce qu'ils ont fait la même chose eux, non  ? Ou presque. Mallory, Gaspar, deux  hommes fiers et incapables d'assumer ce qu'ils sont vraiment au fond d'eux ; il a du mal à voir le pas de géant que le chanteur a fait ces dernières semaines. Il veut pas des progrès. Il veut tout, tout de suite, c'est la seule condition pour l'avoir. Et Gaspar se cache encore. Gaspar n'a pas compris.

« C'est à dire ? » Il veut savoir ? Il veut vraiment savoir pourquoi il lui a mis ça dans la tête, Oliver, c'est des explications qu'il cherche, la raison pour laquelle il s'est détourné de lui si vite, si brutalement après un baiser ? Il lui doit sans doute ça au moins, avant de partir. Après ce concert, ils ne se reverront plus. Alors autant essayer de faire preuve d'un minimum de franchise. Il l'a énervé, il le sent bien, Gaspar a les lèvres pincées par la colère.  « Tu m'expliques ? J'ai fait quoi cette fois, encore ? » « Mais t'as rien fait de mal, absolument rien.  C'est un fait, c'est tout. » répond-il, acide, alors qu'il observe la sortie, de peur d'y croiser encore le même fantôme. « Le genre de mec indécis, tu vois de quoi je parle ? Qui rencontre un type à qui il embobine la tête jusqu'à la nausée jusqu'à lui promettre la lune, le soleil, tout ce que qu'il voulait, en échange... de temps. » La dernière phrase est crachée, acide, il repense à ça, à la culpabilité de Gaspar, à ce dont il croyait encore si fort quand il lui a dit qu'il était prêt à ça, Oliver, qu'il attendrait un peu s'il le fallait. Mais pas comme ça. Pas comme lui. « Plein de promesses, s'en aller loin d'ici, faire le tour du monde avec lui. Il soupire, regarde ailleurs, les yeux révulsés par la colère et la douleur. Quitter sa copine pour lui. »

Il avait osé, à l'époque. Lentement, il baisse la tête. « Et puis un jour, il le jette après trois ans de temps où le pauvre type a espéré, parce qu'il a pris trop de place dans sa vie. » Quand il se redresse pour regarder Gaspar, son sourire est cassé, figé, détruit. « Pas de bol, le type, c'était moi. Avec lui et avec toi. » Cette fille, c'était sa dernière erreur. ça lui a fait  beaucoup trop de mal que de revoir le visage de Lora lui revenir quand il l'a vu faire. « J'espère juste que je t'ai servi de leçon, histoire que ça m’ait pas déglingué pour rien. » Les premiers applaudissements résonnent, un peu plus loin ; il soupire, passe une main tremblante dans ses cheveux, les larmes aux yeux. T'as tout gâché, ce jour là. Et malgré tout ce qu'il a fait ensuite, il n'a eu aucune preuve que ça changerait, s'il revenait. Aucune garantie, rien du tout. Il soupire. « C'est ton heure, Neskov. Je vais rester là, va jouer. » Et oublie moi ensuite, s'il te plaît.

__________________________________________
❝ Love a little harder ❞ And I feel alive when I'm with you, deep inside, it's something true. You're the only reason I fight, you're the best thing in my life.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Can't help but feel || Gasper VII Empty
Message(#) Sujet: Re: Can't help but feel || Gasper VII Can't help but feel || Gasper VII EmptyJeu 23 Mai - 17:47

« Mais t'as rien fait de mal, absolument rien.  C'est un fait, c'est tout. »  C'est quoi son problème alors ? Il mérite ça Gaspar, vraiment ? Après tout ce qu'il a fait ? Est-ce qu'il a pas assez payé ? Pourquoi Ollie est venu si ça lui fait autant de mal, s'il espère pas autre chose ? A quoi ça sert à part leur faire encore un peu plus de mal ? Ca a aucun sens, tout allait bien avant que ce gars arrive, alors qu'est-ce qui se passe ? Oliver est frustré de pas avoir cassé la gueule à ce petit connard alors il se venge sur la premiere petsonne qui passe ? C'est débile et c'est pas juste ; il y a forcément une explication. Qu'est-ce qu'il a réveillé, ce type ? « Le genre de mec indécis, tu vois de quoi je parle ? Qui rencontre un type à qui il embobine la tête jusqu'à la nausée jusqu'à lui promettre la lune, le soleil, tout ce que qu'il voulait, en échange... de temps. » Il comprend pas, Gaspar. Il demandait vraiment que ça pourtant, pas pour le torturer, juste pour... apprendre à ne plus avoir peur. Il en avait besoin, est-ce que c'était un crime, vraiment ? Pourquoi il a pas compris, Ollie s'il l'aimait comme il le prétendait, s'il souffre autant aujourd'hui, pourquoi il a pas essayé d'attendre ? Une semaine, c'est tout ce qu'il a donné, et c'était pas assez, ça suffirait à personne. Même pour un couple hétéro, sept jours c'est pas assez pour être sûr, ça lui aurait pas suffi pour savoir qu'il pouvait renoncer à tout pour lui. Maintenant il sait. Il avait juste besoin de temps. « Plein de promesses, s'en aller loin d'ici, faire le tour du monde avec lui. » Et après, et alors ? Pourquoi il lui rappelle tout ce qu'ils avaient prévu, il croit pas que ça lui fait mal à lui aussi ? « Quitter sa copine pour lui. » Euh. Quoi ?

Ollie baisse la tête, et Gaspar croit poser enfin le doigt sur un début d'explication. « Et puis un jour, il le jette après trois ans de temps où le pauvre type a espéré, parce qu'il a pris trop de place dans sa vie. » Trois ans. Il a attendu trois ans. Il devait sacrément l'aimer, l'autre. Sacrément plus que lui. Les mains qui tremblent, Gaspar baisse la tête. Tout le temps qu'il avait à donner, il l'a offert à un autre, c'est pour ça que tout a foiré. « Pas de bol, le type, c'était moi. Avec lui et avec toi. » Non, pas avec moi. Lui il l'aurait pas fait patienter si longtemps, il aurait pas... il l'aurait jamais jeté. Il savait pas, pourquoi il a rien dit Ollie ? S'il avait su, il aurait jamais fait ça, avec Meg, il aurait fait attention, il aurait pas... il aurait rien du tout. Le chanteur relève la tête, croise un sourire terrifiant, débordant de douleur. « J'espère juste que je t'ai servi de leçon, histoire que ça m’ait pas déglingué pour rien. » Plus que ce qu'il croit. Mais ça aurait jamais dû arriver. Il aurait dû lui parler.
Gaspar veut répondre, tend déjà la main vers lui quand il voit les yeux d'Ollie briller, mais les acclamations qui s'élèvent l'arrêtent. Il a pas le temps. Comme quoi, on en revient toujours là. « C'est ton heure, Neskov. Je vais rester là, va jouer. » Oui il va y aller. Et il va lui montrer. Mais avant il l'attrape quand même, saisit fermement son poignet, force un passage jusqu'à ses yeux. « Tu restes. Jusqu'à la fin. » C'était pas vraiment une demande, mais il a pas le temps de formuler ça correctement.

Fendant la foule jusqu'à l'escalier sur le côté, il entre dans les coulisses et balance son pull dans un coin avent de rejoindre les musiciens qui soupirent de soulagement en le voyant apparaître. « On a cru que tu t'étais tiré, lâche l'un des guitaristes. » « Aucun risque, répond-il en souriant, saisissant le micro laissé là à son attention. Bon, vous y allez ? On a pas toute la nuit. » Quelques rires lui répondent - c'est lui qu'ils attendaient, hein - et il leur fait un signe de tête impatient, sautant presque sur place dans un coin des coulisses. En voyant les musiciens entrer, le public se fait. Lui, il n'est pas concentré. Est-ce qu'Ollie va s'en aller avant la fin ? Il le repérera jamais dans la foule, il y a beaucoup trop de monde. C'est un saut dans le vide qu'il s'apprête à faire et si le batteur ne le rattrape pas, il n'a aucune ligne de vie. Mais l'enjeu est trop grand, il doit courir le risque. Même si ça n'aurait jamais dû se passer comme ça. Tout ça c'est la faute de ce petit connard de tout à l'heure. S'il avait pas fait ça à Ollie, il lui aurait laissé sa chance, il l'aurait attendu, ils auraient pas souffert autant. 

La musique commence, et il porte le micro à ses lèvres, toujours planqué derrière son bout de rideau. « ♫ Notorious, so notorious... ♫ » La batterie s'y met, un poil en avance ; son regard assassin se darde vers le musicien débile qui lui sourit d'un air désolé. Tocard. « ♫ So notorious... ♫ » La foule hurle, il sourit dans son coin. Ca va sûrement lui manquer un peu, quand même, se dit-il avant de s'élancer sur scène, sa chemise à carreaux ondulant autour de lui à chaque foulée. Un grand sourire aux lèvres, il lève une main pour répondre aux spectateurs qui l'acclament, et se tourne vers les membres du groupe, vers qui il hoche la tête, entrant dans la chanson. « ♫ They call me notorious for livin' it up and not givin' a fuck ♫ » Le regard sombre tout à coup, il scrute la foule, immensément sérieux, les épaules droites, le menton relevé. « ♫ Like a lion in the a land of sheep, feel my teeth as they sink in deep ! ♫ » Il l'adore cette chanson, il l'a composée il y a des années mais ça lui a toujours semble libérateur, de la hurler à la gueule des gens sans que personne n'en comprenne jamais la cruelle ironie. Lui le dernier, d'ailleurs. Le rôle qu'il joue n'est vraiment rien d'autre que ça ; un foutu jeu, dans lequel il s'est perdu, mais qu'il maîtrise à la perfection. Il sait exactement ce qu'il fait, chaque note, chaque geste, du pas de danse au sourire en coin, du déhanché chaloupé de son corps au mouvement sec de sa tête qui se tourne d'un coup sur le côté à la fin d'une phrase, pendant que son pied bat la mesure, qu'il prépare déjà la suite. Il est concentré, et s'il sait que tous les regards sont tournés vers lui, il n'y en a qu'un qui l'intéresse. « ♫ I can't help it I was born this way, but when I'm gone you'll remember my name ! ♫ » Il l'espère, et quand il entend la foule hurler à sa place les deux derniers mots de la chanson - Notorious, notorious... - il en est convaincu. Même si c'est fini, tout ça c'était pas pour rien.

Les morceaux s'enchaînent, il s'amuse comme un fou même si une partie de ses pensées n'est dirigée que vers Oliver, qu'il ne trouve pas au milieu des innombrables spectateurs. Il cherche pourtant, discrètement pendant qu'il chante, un peu moins quand il s'adresse à la foule en ne s'attardant sur aucun visage. Est-ce qu'il est parti ? Bon sang s'il existe un dieu quelque part, qu'il se sorte les doigts pour le faire rester. 

« ♫ I'm so sick of me, being sick of you, and the way you look, all the things you do ♫ » Dire qu'il a rien capté, Oliver, quand il a écrit cette chanson pour lui. Est-ce que ça lui apparaît plus clairement, maintenant, le sens de ces mots ? L'agressivité de la batterie, la montée d'adrénaline au début suivie du halètement désespérément furieux de la guitare sur les couplets, est-ce que ça lui parle, enfin ? « If you're sick like me, there's no stopping now ! » Même sa voix est plus écorchée que d'habitude, il a la haine le chanteur, incapable de penser à sa chorégraphie ou à sa façon de chanter, c'est juste un cri du coeur, la frustration, la peur aussi. Est-ce que c'est trop tard maintenant ? Est-ce que c'était vraiment pour rien, tout ça ? « ♫ If you're sick like me, then you're sick like me... ♫ » Sa plainte furieuse résonne dans le silence un moment, et il croit reconnaître un visage au fond avant que les cris ne résonnent, que les bras se lèvent, qu'il perde de vue celui qu'il cherche depuis le début. Un soupir discret lui échappe. Si c'était bien lui, de toute façon, il ne va pas tarder à le savoir.

Un peu angoissé soudain, il baisse les yeux vers le premier rang de la foule, profitant que les musiciens règlent leurs instrument en vue du prochain et dernier morceau pour reprendre son souffle. Son regard croise celui d'une jeune femme juste devant la scène, qui pose les deux mains sur le rebord, un sourire immense sur les lèvres ; alors dans un élan de panique il s'accroupit, lui grimace quelques mots loin du micro. C'est objectivement assez amusant la façon dont elle se décompose, mais il s'efforce de ne pas le montrer, préférant se redresser d'un bond avant que le silence ne s'éternise. « J'ai prévu une dernière chanson, commence-t-il sous les applaudissements, mais avant ça j'ai quelques petits trucs à dire. » Il sourit à la foule, cherche à nouveau un regard qu'il ne trouve pas. « J'vous remercie tous d'être venus, je pouvais pas rêver mieux pour un dernier concert. » Un silence étonné suit ses paroles, et il sourit, un peu gêné, avant qu'une voix ne s'élève : « Le dernier de la tournée, oui ! » Un petit rire lui échappe. « Non, le dernier tout court. J'ai décidé de me consacrer à autre chose, maintenant. Mais je vous dois un immense merci, pour tout. » Le silence est assourdissant, tellement qu'une seconde, il s'attend à recevoir une tomate en pleine tête. Est-ce que c'est des larmes, qu'il voit dans les yeux de la nana du premier rang ? Un peu angoissé, il songe qu'il aurait dû dire ça après la dernière chanson, histoire d'être sûr de pouvoir la chanter. 

Un premier applaudissement résonne alors, rapidement rejoint par d'autres, et c'est finalement sous un tonnerre d'applaudissements qu'il dessine un sourire soulagé. « Merci encore, vraiment, ajoute-t-il, alors qu'un riff à la guitare commence à résonner derrière lui, vite rejoint par la batterie. Avant de partir, il y a un dernier truc que je dois faire. J'ai un message à faire passer. Je demanderais à ces dames d'attendre le prochain chanteur pour envahir la scène. Il est un peu moins canon mais il a une voix pas trop dégueu. »


Les éclats de rire qui résonnent sont vite masqués par le volume de la musique qui monte tout à coup, et il ferme les yeux, inspirant à fond en saisissant son micro à deux mains.

« ♫ I can tell by the way when I'm holding you tight, something is wrong ; no it's never been rights ♫ » Est-ce que ça va marcher ? Il sait pas. Il sait pas et ça tord un peu sa voix, vibrante de peur, tremblante d'espoir. « ♫ I can see by the way that you stare in my eyes, tempted and there's nothing inside... ♫ » C'est ce qu'il a cru en tout cas, Gaspar, quand Ollie est parti, qu'il l'a laissé là avec son coeur déchiqueté entre les mains, ses quelques espérances fébriles et la certitude d'avoir tout, absolument tout perdu. Aujourd'hui, il sait qu'il s'est trompé, et c'est pour ça qu'il chante, maintenant, qu'il l'appelle une dernière fois. Reviens. « ♫ What if I told you that I've been thinking, I've been dreaming of you and all the things I always thought that we'd do ? ♫ » Est-ce que ça change quelque chose, qu'il le dise maintenant ? Est-ce que ça l'atteint Oliver, est-ce qu'il comprend, est-ce qu'il l'entend seulement ? Est-ce que c'est trop tard, cette fois encore ? « ♫ But it was never enough... ♫ » Peut-être cette fois. C'est la dernière chance, il sait qu'il n'en aura pas d'autre. C'est maintenant ou jamais. Le coeur au bord des lèvres, il prend une grande inspiration. « ♫ I can't figure out why you don't love me now. So why'd you tear me down ? I'm faceless in the crowd... ♫ » Tout ce qu'il a d'autre dans sa vie, tout ce qu'il pourrait trouver, ça suffira jamais à remplacer ce qu'il aura perdu en le perdant lui. Il peut pas accepter sans essayer encore une fois. « ♫ So tell me is this real, 'cause I can't help but feel... Can I make you feel like you've never been kissed, like a picture you paint ? Will I ever be missed, would you stay if I told you my love wouldn't change ? ♫ » Il aurait dû. Il aurait dû lui dire tout ça plus tôt, avant de faire cette connerie, avant de le perdre et de se laisser croire qu'il ne pourrait jamais le récupérer. Malheureux comme ça, il veut plus jamais l'être ; sans lui, il est rien, la moitié d'un chanteur perdu dans sa musique et la moitié d'un dresseur désespéré de trouver un sens à sa vie. Ce sens il l'a trouvé, finalement. Et il le suivra, pourvu qu'il accepte de prendre sa main pour marcher aux côtés d'Oliver.
Revenir en haut Aller en bas
Oliver Porter
Oliver Porter
Allumette Storm Calypso Tempête Nyméria Hadès
⦿ Messages : 1204
⦿ Age du Personnage : 27
⦿ Ville d'origine : Ebenelle, région de Johto
⦿ Job : Batteur et percussionniste itinérant
⦿ Pokémon rêvé : Absol
⦿ Type préféré : Le type feu ♥
⦿ Avatar : Ben Barnes by Carolcorps
⦿ Commentaires : Can't help but feel || Gasper VII 1559494725-15594946452891130
Can't help but feel || Gasper VII Tenor
Can't help but feel || Gasper VII 7a5f16d396d953c879d2f3df588d503e
Can't help but feel || Gasper VII PowerfulHeavyDavidstiger-small
Can't help but feel || Gasper VII Tumblr_mqn39b5Ev71s6hco9o2_400
Can't help but feel || Gasper VII Giphy
Can't help but feel || Gasper VII ParchedSophisticatedArthropods-small

Fiche de liens
Fiche rp

http://ichooseyou.forumactif.com/t4685-carte-dresseur-d-oliver-porter
Can't help but feel || Gasper VII Empty
Message(#) Sujet: Re: Can't help but feel || Gasper VII Can't help but feel || Gasper VII EmptyJeu 23 Mai - 19:22

Voilà, il va partir jouer, faire son dernier concert sans qu'Oliver ne s'en mêle. C'est sûrement le moment où ils se disent adieu ; c'est encore la meilleure chose à faire. ça fera moins mal dans un moment, quand ils auront oublié cette étrange semaine qui a marqué tout un pan de sa vie à jamais. Une deuxième désillusion. Il y croyait fort, si fort, quand c'est arrivé pourtant. Il s'est perdu dans ses yeux verts, noyé, et il n'a jamais réussi à remonter. Aucun de ceux qui ont essayé ne sont parvenus à lui faire sortir le regard de printemps de Gaspar, et son putain de sourire qu'il ne voit pas, tout de suite, juste la douleur, juste le chagrin. Rien de plus que ça, et ça ressemble à de la colle sur sa peau, il n'a pas réussi à l'enlever.
Il va le regarder partir, mais une main se referme autour de son poignet, dure, rêche ; ça le surprend, et de toute manière il n'a pas la force de se dégager de cette étreinte-là. Surpris, il lève  le nez ; croise un regard froid de colère, mais déterminé. Il n'a rien dit de ce qu'il lui a raconté, il n'a pas eu le temps, et tant mieux ; toute justification ne servirait absolument à rien, à l'heure où ils en sont. C'est trop tard. Même pour Gaspar, c'est trop tard. « Tu restes. Jusqu'à la fin. » Et sur cet ordre presque aboyé, il disparaît dans la foule, en direction de  la scène. Cet endroit même où il l'a achevé presque deux mois plus tôt. Deux  mois, contre une semaine. Une simple semaine. Avec un soupir, il se glisse vers le fond de la salle. Il a assisté à tous les concerts de Gaspar auxquels il pouvait aller. Même durant son excursion aux montagnes, il s'est arrangé pour rentrer le voir à Edelwienne. Il se souvient de chaque concert, de chaque chanson, caché comme il l'a toujours été, simplement pour le regarder chanter. Il commence souvent par la même, d'ailleurs, celle qui résonne une fois les musiciens montés sur scène, et le public presque silencieux. Oliver voit à peine la silhouette du mari d'Ethan qui se glisse tout doucement auprès de lui.

« ♫ Notorious, so notorious... ♫ » La batterie arrive un peu tôt. Tant pis, elle se recale vite tandis que la voix de Gaspar résonne sans que le chanteur ne monte sur scène, pourtant. « ♫ So notorious... ♫ » Il a un don pour ça le chanteur, le même que Mallory. Cette façon si habile de sussurer certains mots et d'en hurler d'autres, de galvaniser la foule en un regard, en une oeillade. Cette assurance qui lui manquait à lui quand il était plus jeune, et qu'il est allé chercher auprès d'hommes comme eux. Mais Mallory était malade, et Gaspar malheureux. Il n'a pas eu ce qu'il voulait parce que cette facette-là, c'est juste un masque, une armure fragile et cassante. Si seulement t'avais pas eu aussi peur. Et si seulement il n'était pas aussi con, Oliver. Il aurait pu lui laisser cette seconde chance mais après trois années, c'était beaucoup trop demander, déjà.

« ♫ They call me notorious for livin' it up and not givin' a fuck ♫ » Il l'aurait dragué immédiatement, s'il l'avait vu sur scène la première fois qu'ils se sont rencontrés. Il y a cet éclat dans ses yeux, une lueur brûlante et sauvage qu'il gronde seulement, penché vers la foule avant de se redresser, fier, magnifique. « ♫ Like a lion in the a land of sheep, feel my teeth as they sink in deep ! ♫ » Et ça lui va tellement bien, cette chanson. Cet incorrigible vantard que cache un homme peu sûr de lui, intimidé par la nouveauté, attiré par la découverte. Tout est calculé, méticuleux, il séduit chaque spectateur, il ne lui suffit que d'un regard. Il aurait été épinglé comme les autres et c'est exactement ce qu'il est, tout de suite, alors qu'il le regarde, qu'il ne peut pas détourner les yeux. Oui, il va rester jusqu'à la fin. Il ne sait pas ce que ça va lui coûter, ça a été assez douloureux deux ou trois fois quand Gaspar crachait sa haine dans son micro, What if you, what if you GO ?! et qu'il n'en ratait pas une miette Oliver, des  larmes plein  les yeux devant le rejet violent du chanteur le dissuadant définitivement de discuter. Il lui a fait bien assez de mal comme ça, hein ? Même s'il sait maintenant, que Gaspar l'aime, il ne sait pas si le chanteur va être assez fou pour lui pardonner et le reprendre, s'il le demandait.

« ♫ I can't help it I was born this way, but when I'm gone you'll remember my name ! ♫ » Oui, bien sûr. La foule hurle, les gens lèvent les bras, le début du concert se passe à merveille pour lui. Il ne pouvait pas rêver meilleure scène, et quelque part, il chercherait presque un Mallory crevant de jalousie dans un coin, du regard. Il ne le trouve pas, bien sûr ; alors il se détourne, pour écouter la suite, appréhendant presque la fin, celle où il devra partir, l'abandonner pour de bon, cette fois. Il n'aurait déjà pas dû venir. « Tu as l'air de beaucoup aimer sa musique. » Il sursaute, ne comprend même pas comment il a bien pu entendre la petite voix fluette de Halo, près de lui. L'homme ne regarde pas le chanteur, mais le bassiste ; pourtant, ses yeux d'or se tournent vers lui pour aviser le batteur, qui hausse les épaules, gêné. « Fallait bien que je voie ça une dernière fois. » Il a un fin sourire, Halo, indéchiffrable. « J'ai assisté à la répétition générale tout à l'heure. La setlist est très bonne, il a fait des changements. » Pour le moment, il connait toutes celles que le chanteur entonne ; jusqu'à Sick, cette chanson dont il ne se rappelle que trop bien la composition.

« Tu savais qu'elle était pour toi, celle-là ? » Hein ? Il tourne la tête, surpris, alors que les premières notes résonnent. Pour lui ? Cette chanson ? « Hein, mais non. Il était encore en train de la composer quand... » Après les montagnes. Il pâlit. « ♫ I'm so sick of me, being sick of you, and the way you look, all the things you do ♫ » Et ça fait sens, soudain. Il ne s'en est absolument pas rendu compte mais putain oui, ça fait sens. La rage dans les notes de la guitare, la force de la batterie et le hurlement qui s'échappe des lèvres du chanteur, comme la représentation de ce dilemme qu'Oliver s'est mis à représenter à ses yeux. C'était là, sous son nez, et il ne s'est rendu compte de rien. « Comment tu... » « C'est Ethan qui me l'a dit. Gaspar lui dit pas grand chose, mais mon mari a beaucoup d'empathie, et il est très intelligent. » Il croise brièvement un regard vert, il en est presque persuadé, qui s'envole aussitôt vers la foule sans s'arrêter sur personne. Il est trop loin, Ollie, il est invisible. Mais Gaspar le cherche. Pourquoi ?

« If you're sick like me, there's no stopping now ! » ça le déchire en deux, ça lui fend le coeur de comprendre, de voir à quel point sa douleur était vraie, dès le début. Le reste aussi devait l'être, il aurait dû lui en parler ce soir-là et ce calvaire n'aurait jamais existé. Halo a l'air tout fier, près de lui et ça le fait sourire tristement Oliver. Ces deux-là ne se sont jamais cachés. « Tu l'as rencontré comment, Ethan ? » Halo hausse les épaules, les yeux toujours rivés vers la scène. Oliver regarde aussi, incapable de se détacher de la silhouette du chanteur qui saute partout, crache furieusement ses paroles. « A un concert, justement. J'ai eu un coup de foudre, alors j'ai laissé des mots dans l'étui de sa guitare. Et il a fini par me débusquer. » ça peut vraiment être aussi simple, une histoire ? Oliver pince doucement les lèvres. « ♫ If you're sick like me, then you're sick like me... ♫ » La chanson s'éteint, alors, sous les cris et les applaudissements. Il a l'air épuisé Gaspar, et Oliver serre les dents, sachant que le moment se rapproche, celui où il va s'en aller. Il n'a pas vu les nouveautés dont parlait Halo, par contre. Alors que les musiciens se préparent pour la dernière chanson, Gaspar semble se pencher vers le premier rang ; et se redresse une petite seconde après. Le sang du batteur s'est glacé, une fraction de secondes, mais non ; personne ne monte, aucune jeune fille.

« J'ai prévu une dernière chanson, mais avant ça j'ai quelques petits trucs à dire. » Et voilà, c'est le moment des adieux. Son coeur se noue dans sa poitrine, alors qu'il regarde le chanteur et son sourire, sans doute pour la dernière fois. Il va terriblement lui manquer. Bien plus que tout ce qu'il prétend, parce qu'il l'a revu après tout ça, que Gaspar l'a sauvé, qu'il est resté près de lui. C'était juste un baiser en boite de nuit, un pari gagné. Alors pourquoi ça lui fait aussi mal, de l'avoir aimé si fort ? « J'vous remercie tous d'être venus, je pouvais pas rêver mieux pour un dernier concert. » Visiblement, ça étonne un peu tout le monde ; quelqu'un pousse un cri alors, pour détendre l'atmosphère. « Le dernier de la tournée, oui ! » « Non, le dernier tout court. J'ai décidé de me consacrer à autre chose, maintenant. Mais je vous dois un immense merci, pour tout. »

Il a mal pour lui, Oliver. Le silence s'éternise, tandis que Gaspar tente de conserver sa contenance, sous les mines éberluées de la fosse. Personne n'aurait pu s'en douter, sans doute. Autour de lui, les gens ne comprennent pas. C'est une blague ? perçoit-il à sa gauche, non, répond-on aussi vite en montrant le visage décomposé du chanteur. Jusqu'à ce que Halo lève les mains, et se mette à applaudir ; ça les fait tous sortir de leur torpeur, et le cri de la foule revient, malgré la terrible déception. « Merci encore, vraiment. Avant de partir, il y a un dernier truc que je dois faire. J'ai un message à faire passer. Je demanderais à ces dames d'attendre le prochain chanteur pour envahir la scène. Il est un peu moins canon mais il a une voix pas trop dégueu. » Il ne relève même pas la pique destinée à Mallory, il se contente d'écarquiller les yeux. Reste jusqu'à la fin. Cette fois, il ne peut pas vraiment dire qu'il ne savait pas, c'est très clair quand les yeux de Gaspar cherchent une ultime fois à travers la foule. Sa gorge se serre. C'est quoi ce traquenard ?

Et la musique commence. La guitare est beaucoup plus douce, le batteur effleure à peine sa caisse claire. Au milieu de tout ça, il y a Gaspar et ses deux mains posées sur son micro, qui ferme les yeux une seconde puis les réouvre, déterminé. Sa voix est presque traînante alors qu'il commence, le timbre clair, les yeux presque suppliants. « ♫ I can tell by the way when I'm holding you tight, something is wrong ; no it's never been rights ♫ » Bouche bée, il a presque du mal à respirer Oliver, alors que Gaspar lui chante ces balbutiements de leur histoire, ces moments où il le regardait parfois, au moment où il croyait ne pas être vu, et qu'il se demandait quelle connerie il était en train de faire. Il s'en est aperçu, alors, il savait ? Alors pourquoi il a fait ça ? Pourquoi ? « ♫ I can see by the way that you stare in my eyes, tempted and there's nothing inside... ♫ » Parce qu'il a tout fait pour ça Oliver, tout fait pour que Gaspar ne voit pas la douleur dans son regard, pour qu'il ne sache rien d'à quel point ça l'a bousillé de le quitter. Comment a-t-il fini par s'en rendre compte ? C'est antérieur à ce soir, même Gaspar ne compose pas aussi vite. Depuis combien de temps sait-il qu'il regrette ? La respiration semble bloquée alors qu'il serre ses mains l'une contre l'autre.

« ♫ What if I told you that I've been thinking, I've been dreaming of you and all the things I always thought that we'd do ? ♫ » Les yeux d'Oliver se remplissent de larmes. C'est instantané, même ses cheveux ne peuvent plus cacher les sanglots qui secouent sa poitrine quand il le regarde, qu'il entend sa voix tremblante de sincérité, que chaque parole, chaque mot chaque syllable le transperce aussi sûrement que si Gaspar lui avait jeté une série de couteaux en plein ventre. Depuis le début. Depuis le début, il se trompait. « ♫ But it was never enough... ♫ » Non. Non c'est pas possible, il ne peut pas, il écarquille les yeux quand le refrain commence, que la torture continue, qu'il n'en peut plus, une main devant la bouche, qu'il abdique et ferme les yeux, la vue brouillée par les rivières salées dégoulinant le long de ses joues.

« ♫ I can't figure out why you don't love me now. So why'd you tear me down ? Im' faceless in the crowd... ♫ » Il est figé, tremblant, sent à peine la paume réconfortante de Halo se poser sur son épaule pour le soutenir. Il ne dit rien, le petit banquier, il se contente simplement de le soutenir parce que là, il va flancher. Il ne peut plus se dire qu'il va partir, qu'il va le laisser, pas après ça. Jamais personne n'avait fait ça pour lui. « ♫ So tell me is this real, 'cause I can't help but feel... » Comment il a pu se laisser aveugler à ce point par ses anciennes rancoeurs sans lui laisser une seconde chance, au moins une ? Pourquoi n'a-t-il pas eu cette patience ? Il pleure Oliver, parce qu'il sait qu'il ne l'aura pas plus ensuite, qu'il ne peut pas lui donner ce temps dont Gaspar a besoin. Mais ce temps, est-ce qu'il en veut encore ? Qu'est-ce qu'il attend de lui, qu'est ce qu'il a le droit de faire ?

« Can I make you feel like you've never been kissed, like a picture you paint ? Will I ever be missed, would you stay if I told you my love wouldn't change ? ♫ » La main se relâche quand Oliver fait un pas en avant. La foule danse devant le chanteur sans comprendre ce qui se joue, quand il s'avance, que chaque note ne fait qu'accentuer sa détresse, son besoin de voir ce qu'il va se passer, maintenant. Maintenant il a besoin de savoir, il a besoin de cette garantie et Gaspar lui ouvre la porte, alors il va la prendre. S'il se casse la gueule ce soir, ça sera la dernière fois, il se le promet. Les yeux rougis, et alors que le refrain résonne une seconde fois, il bouscule les premiers tout au fond, se fait bloquer au bout de trois mètres par trois nanas qui refusent obstinément de le voir doubler tout le monde. « Non mais ça va pas ou quoi ?! s'écrie l'une d'entre elles, alors qu'Oliver ne pense qu'à une chose : avancer. » « Laisse-moi rejoindre mon mec putain, gueule-t-il au milieu des cris et de la musique, en réponse. » Elle se met à rire l'autre, il va la frapper. « Qui, Gaspar ? ça m'étonnerait, il est hétéro ! » « Bah tu sais quoi, laisse moi y aller et on verra s'il me met un vent ?! Au pire ça te fera rire ! » S'écrie-t-il en la bousculant, sans lui laisser le choix. Devant lui il est là, debout, il le cherche du regard alors que ses cris désespérés envahissent la scène. « I'm not giving you uuuup ! »

Il ne le laisse pas, ne l'abandonne pas, il a jamais voulu, il a jamais pu s'y résoudre, hein ? Alors il essaie d'accéllérer mais il manque bien de se casser la gueule, rattrapé in extremis par des mains salutaire, mais t'es qui qu'est ce que tu fous, laisse-moi passer c'est mon mec, laisse moi passer, pousse toi, il ânone ça un peu comme une leçon, incapable de s'arrêter alors il avance, plus vite, finalement aidé par ceux qui comprennent à peu près ou qui s'en amusent tandis qu'il lui parait si loin le chanteur, que les dernières notes de sa chanson magnifique résonnent et que les cris de joie explosent dans la salle sans que personne ne comprenne les yeux du chanteur qui cherchent partout dans la foule sans le voir, il y a trop de monde, et même s'il se dépêche il ne sait pas s'il arrivera à temps ; mais si, le troisième rang s'écarte quand il joue des coudes puis le deuxième, et enfin le premier qu'il atteint jusqu'au rebord de la scène, essoufflé, les yeux remplis de larmes et la gorge serrée alors qu'il lâche sa canne, inconscient du danger, pour poser ses mains sur la scène et tenter de se hisser malgré son bras encore fragilisé par la fracture, pas tout à fait guéri. Il s'en fout, il faut qu'il monte, il faut qu'il essaie une dernière fois, qu'il voie. Gaspar est juste au-dessus de lui mais semble figé tandis qu'Ethan se précipite, l'attrape sous les épaules pour le hisser, lui et sa béquille, lui et ses yeux rouges, ses cheveux devant les yeux.

Les gens crient et applaudissent mais ils sont bien incapables de comprendre immédiatement ce qu'il se passe jusqu'à ce qu'Oliver lui fasse enfin face, essoufflé, épuisé et malheureux mais le coeur gonflé d'un espoir féroce quand, incapable de dire quoi que ce soit au départ, il se précipite vers lui, trébuche, tombe dans les bras de l'homme qui le soutient pour le rattraper, les yeux écarquillés. Un sanglot s'échappe de ses lèvres, parfaitement audible cette fois tant la salle est étonnée, quand il enroule ses bras autour de son cou et le serre d'abord contre lui, le nez contre son épaule, sanglotant et vaincu. Deux mains se posent dans son dos, ses bras le serrent prudemment pour ne pas lui faire mal, il sent presque l'épaule de Gaspar tressauter quand il relève la tête après de longues secondes, que sa main se pose sur sa joue, qu'il l'attire à ses lèvres là, devant des miliers de personnes et qu'il s'en fout, qu'il se laissera pas repousser comme ça. Même si son ventre se noue à cette pensée, il essaie.

Et non, aucune main pour le repousser bien au contraire ; les doigts de Gaspar se crispent sur sa chemise, dans son dos, la réponse est aussi furieuse que l'invitation, deux mois à l'attendre, l'espérer, pleurer et regretter, deux mois inutiles qu'ils auraient pu vivre autrement. Ils ont du temps à rattraper, celui qu'Oliver ne lui a pas donné, pas correctement. Il regrette et il lui en veut à la fois, c'est un peu des deux quand il l'embrasse, retrouve son souffle à l'embrasure délicate de ses lèvres et son futur avec lui, ce qu'ils s'étaient promis et ce en quoi Oliver n'était capable que de rêver sans le croire. Maintenant il sait, maintenant il est sûr ; Gaspar le serre contre lui et quand il recule à peine, pour prendre une inspiration, la salle explose de joie ; c'est un tonnerre de cris et d'applaudissements qui retentit alors que ses bras sont toujours là autour de son cou, qu'il l'embrasse une fois, deux fois, Je t'aime, répète-t-il en sanglotant, Je t'aime imbécile, je t'aime. C'est stupide, c'est trop sans doute mais c'est vrai, bien plus vrai que tout ce qu'il a pu vivre avec un autre. Il n'y a que lui ce soir, lui et ses cheveux blonds, ses yeux clairs et l'avenir qu'il y voit briller. La douleur est partie, maintenant il ne reste plus que lui.

__________________________________________
❝ Love a little harder ❞ And I feel alive when I'm with you, deep inside, it's something true. You're the only reason I fight, you're the best thing in my life.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Can't help but feel || Gasper VII Empty
Message(#) Sujet: Re: Can't help but feel || Gasper VII Can't help but feel || Gasper VII EmptyJeu 23 Mai - 21:00

« ♫ So tell me is this real, 'cause I can't help but feel... ♫ » Sa voix tremble plus que jamais, à Gaspar. Il est complètement paniqué. La chanson entière est passée, et Oliver n'est pas là. Il scrute la foule mais il fait sombre, il y a trop de monde, c'est impossible de voir quoi que ce soit et il ne voit rien, le chanteur, il n'entend plus ni la musique, ni la foule qui délivre un tonnerre d'applaudissement. Tout ce qu'il entend c'est l'absence de celui qu'il attendait désespérément, et malgré le triomphe du concert, il ne ressent qu'un profond sentiment d'échec, un désespoir impalpable. Décomposé, il tourne furtivement un regard plein de détresse vers Ethan qui ne le voit pas, qui regarde la foule lui-aussi.
C'est pas vrai. C'est con hein, qu'il arrive pas à se dire que non, c'est fini, Oliver reviendra pas. Il aurait pas dû espérer, il a vraiment été trop bête, trop naïf, trop... Il a des larmes dans les yeux quand il les tourne à nouveau vers la salle, alors que le bruit alentours se jette violemment contre les murs de solitude qui l'entourent et qui ne se baisseront probablement plus jamais. C'est pas possible. Il ne peut même pas s'en empêcher, quand il plisse les yeux pour observer le fond de la salle, les derniers rangs, sans trouver celui qu'il cherche. Son coeur s'effondre, il manque d'air, c'est comme s'il allait mourir tout de suite ; s'il ferme les yeux il sait qu'il va craquer, alors il les garde bien ouverts, luttant contre les larmes. Et il le voit.

Est-ce qu'il rêve ? C'est vraiment lui qui pousse tout le monde pour atteindre la scène, là ? Qui arrive au premier rang, sanglotant, trébuchant au milieu de la foule ? Il peut plus respirer du tout, Gaspar, il est figé, incapable de penser, même ressentir il y arrive plus. Il y arrive plus jusqu'à ce qu'Ethan passe devant lui en trombe, porte le jeune homme jusqu'aux planches avant de s'écarter.
Les yeux verts du chanteur sont écarquillés, il y croit à peine, c'est pour ça qu'il ne bouge pas, qu'il le regarde, ne sortant de sa transe que lorsqu'Oliver manque se casser la figure à ses pieds. Il bondit, l'attrape juste à temps, le redresse avec délicatesse, envahi par un étrange sentiment de soulagement et de joie mêlés, qui le fait trembler de tous ses membres, incapable de croire que c'est bien l'odeur de ses cheveux qui envahit ses poumons, ses mains qui s'agrippent à lui, sa chaleur qu'il sent dans son cou. Et pourtant, pourtant c'est lui, il est là. Il est là, il pleure dans ses bras, et il n'y a que le son brisé de sa voix qui lui parvient quand il l'entoure tendrement entre ses bras, qu'il le serre contre lui, émerveillé. Deux mois. C'est rien pourtant, pas grand chose à l'échelle de ses trente deux ans à attendre de vivre. Pourtant ça lui a paru long comme deux éternités ; il lui a manqué, tellement manqué, chaque jour, chaque nuit passée sans lui, chaque matin où il l'a cherché malgré lui dans les draps. Il est là.

Il est là oui, et il se redresse pour le regarder ; Gaspar en a rien à foutre des larmes qui roulent sur ses joues, il a oublié la foule, le concert, les gens, il y a plus que lui. Oliver. Sa main sur sa joue, son visage qui s'approche comme une délivrance, une autre promesse, indélébile cette fois. C'est comme s'il l'avait attendu toute sa vie. Lui, ses lèvres brûlantes, ses mains crispées dans son dos, ses sanglots que le chanteur continue de sentir aux soubresauts de ses épaules sous ses mains ; tout, lui, il l'attendait lui. Et il est là.

Alors qu'est-ce qu'il peut faire, Gaspar, si ce n'est le rapprocher plus près, l'embrasser comme il n'a jamais embrassé personne, crisper ses doigts sur ses vêtements, s'imprégner de lui plus fort, pour le graver dans sa chair, marquer au fer rouge ce moment dans sa mémoire. Comme s'il risquait d'oublier le moment où il l'a retrouvé, où tout ce qu'il a rêvé, imaginé, espéré est devenu vrai, réel. Il est revenu. Je t'aime.

Quand enfin il est obligé de s'écarter pour respirer, il le regarde, figé, presque étonné, comme s'il hésitait encore à y croire. Je t'aime, il entend entre deux battements effrénés de son coeur à ses tempes. Je t'aime imbécile, je t'aime. Moi aussi il répond, tu m'as manqué, t'es là, t'es là... Il a lâché ses épaules, caresse ses joues comme s'il peinait encore à le reconnaître, comme s'il arrivait pas à y croire et pourtant... pourtant cette fois, il sait qu'il ne rêve pas. Il est là.

Il est là, et il n'est pas le seul. Il ne sait pas combien de temps il a ignoré le monde autour de lui mais quand il se rappelle où il se trouve, il écarquilles les yeux en tournant la tête vers la foule. Est-ce qu'ils sont en train de hurler pour l'insulter ? Ils crient tous, c'est un peu terrifiant, mais... mais ils sourient. Ils applaudissent.
Bouche bée, le chanteur n'en revient pas. Il lâche doucement Oliver, laisse sa main descendre le long de son bras pour saisir fébrilement ses doigts. Il s'y accroche. Ca peut pas être réel, tout ça, si ? C'est trop beau, beaucoup trop. Un bruit plus distinct se fait entendre derrière-lui, il se décompose un peu plus en songeant que ce doit être son réveil mais... mais c'est Ethan, debout, qui applaudit aussi, un immense sourire aux lèvres. Alors, les épaules du chanteur s'affaissent, et il échappe un drôle de sanglot, souriant sans même s'en rendre compte. Son regard retrouve Oliver, il pose une main sur sa joue, l'attire contre son visage sans prévenir, marquant une courte hésitation qu'il chasse aussitôt pour retrouver la chaleur de ses lèvres. C'est beaucoup trop beau. Tout va beaucoup trop bien.

Quand il s'écarte, il se tourne vers la foule, les yeux encore brillants, et murmure un merci que personne n'entend puisqu'il a lâché son micro. Mais c'est pas grave, non, ils comprendraient sûrement pas de toute façon, ce que ça représente pour lui, tout ça. Ce qu'il représente pour lui, l'homme dont il finit par lâcher la main pour saisir doucement sa taille et le soutenir un peu mieux. Sur un dernier salut à cette foule qui vient de le libérer des dernières miettes de sa frayeur, il aide Oliver à marcher jusqu'aux coulisses dans lesquelles il le laisse s'asseoir sur une chaise avant de se laisser tomber à genoux près de lui, posant ses mains tremblantes sur ses joues. « Tu... t'es là... » et rien qu'à prononcer les mots, il sent une seconde vague de larmes envahir ses prunelles. « Tu r'pars pas, hein ? demande-t-il dans un sanglot, heureux, simplement heureux. »
Revenir en haut Aller en bas
Oliver Porter
Oliver Porter
Allumette Storm Calypso Tempête Nyméria Hadès
⦿ Messages : 1204
⦿ Age du Personnage : 27
⦿ Ville d'origine : Ebenelle, région de Johto
⦿ Job : Batteur et percussionniste itinérant
⦿ Pokémon rêvé : Absol
⦿ Type préféré : Le type feu ♥
⦿ Avatar : Ben Barnes by Carolcorps
⦿ Commentaires : Can't help but feel || Gasper VII 1559494725-15594946452891130
Can't help but feel || Gasper VII Tenor
Can't help but feel || Gasper VII 7a5f16d396d953c879d2f3df588d503e
Can't help but feel || Gasper VII PowerfulHeavyDavidstiger-small
Can't help but feel || Gasper VII Tumblr_mqn39b5Ev71s6hco9o2_400
Can't help but feel || Gasper VII Giphy
Can't help but feel || Gasper VII ParchedSophisticatedArthropods-small

Fiche de liens
Fiche rp

http://ichooseyou.forumactif.com/t4685-carte-dresseur-d-oliver-porter
Can't help but feel || Gasper VII Empty
Message(#) Sujet: Re: Can't help but feel || Gasper VII Can't help but feel || Gasper VII EmptyVen 24 Mai - 13:33

Est-ce qu'il rêve ? Est-ce qu'il est vraiment en train de vivre ce qui est en train de se passer, ce qu'il a attendu, ce dont il a rêvé pendant deux mois ? Deux mois, c'est pas long dans une vie mais chaque seconde lui a fait mal depuis qu'il est parti. Il ne peut pas s'empêcher de pleurer ce soir, lui qui a lutté si longtemps contre ce qu'il aurait dû demander dès le départ, ça, les hurlements de la foule et les lèvres de Gaspar contre les siennes, ses bras autour de lui. Il n'aurait jamais dû partir, ce soir-là. Il aurait dû quitter sa place, s'avancer sur la scène, chasser la fille, lui montrer qu'il n'y avait aucune raison d'avoir peur. Aujourd'hui ne fait pas exception, il est heureux et ça lui fait tellement drôle après toutes ces semaines à souffrir, à s'infliger des douleurs qu'il ne supportait plus. Aujourd'hui, c'est fini. Aujourd'hui, ses prunelles larmoyantes gravent leur futur dans les yeux clairs de Gaspar Neskov.

Je t'aime, je t'aime, c'est comme une terrible litanie qu'il prononce, deux mois sans pouvoir lui dire la vérité ressortent d'un coup maintenant à travers ses lèvres sèches. Deux mains se posent sur ses joues, sans doute pour s'assurer de la réalité de tout ça mais oui, oui il est là alors il répète encore, un sanglot dans la voix Je t'aime tellement, et il entend la réponse, la surprise du chanteur qui malgré la succession de chansons n'y croyait pas vraiment. Il ne lui manquait que ça, pourtant. Une preuve, une preuve qu'il était prêt à assumer, à vivre au grand jour ce qu'il ne peut plus voir caché.

Alors comment faire plus visible que sur scène, pour la dernière date ? C'est un cadeau incroyable, ce que Gaspar est en train de faire, la conclusion à deux mois parfaitement inutiles. Il l'aime, il voudrait le hurler à la terre entière. Ses mains courent entre les épaisses mèches de ses cheveux blonds, il le regarde comme si c'était la dernière fois Oliver ; mais non c'est la première, la première d'une succession d'autres parce que maintenant, maintenant il ne le quittera plus.

Quand enfin Gaspar semble se rendre compte de l'endroit où il est, il se fige ; Oliver le retient doucement par les épaules, encourageant, pour ne pas le voir s'enfuir. La foule crie, il voit les flashs alors il sourit de toutes ses dents, ça fera joli sur la presse à scandale demain ; il n'aura qu'à dire la vérité aux journaux, hm ? Qu'il a eu une révélation, qu'il quitte la musique pour le suivre lui, ça fera une belle histoire à raconter aux enfants. Le chanteur regarde autour de lui, sans comprendre que tout ça c'est vrai, que personne ne l'insulte, personne ne lui jette rien tandis que la main d'Oliver s'accroche à ses doigts tremblants contre les siens. Tout va bien, tout s'est illuminé en quelques secondes, en une seule chanson qui vient de tout faire basculer. Il n'oubliera jamais ce baiser, jamais, même dans des années.

Il n'oubliera pas le second non plus, quand une main saisit sa joue pour le rapprocher de ses grands yeux verts. La foule s'égosille, en délire, c'est une dernière haie d'honneur avant le départ, avant que tout s'arrête. Est-ce que Gaspar aurait pu rêver meilleure fin de carrière ? Non sans doute, pense Oliver en souriant entre ses larmes, vaincu. Ses mains tremblent contre sa chemise, il est tellement beau son chanteur, il est à lui maintenant, il ne le laissera plus jamais le fuir, plus jamais après ce soir. C'est un triomphe, ce dernier baiser sous les applaudissements et les acclamations, les sourires, il a réussi cette fois tout ce qu'il n'a pas pu accomplir avec un autre.

Leurs regards se tournent vers le public, le dernier salut scelle la fin d'une époque, le début d'une autre. Il a un peu l'impression de rêver Oliver, quand il sourit de toutes ses dents malgré les larmes roulant sur ses joues, qu'il lève la main serrée dans la sienne, victorieuse, triomphante, signant une nouvelle page avant de la tourner. Celles qui se présentent à eux n'attendent qu'à être remplies. Soutenu jusqu'aux coulisses ensuite, il tremble encore, il a du mal à y croire. Doucement assis sur une chaise, il ne quitte pas son chanteur des yeux qui se penche, qui peine aussi à comprendre ce qu'il se passe ; il le sent, à ses mains posées sur ses joues dont il se saisit, fermant les yeux de courtes secondes pour recouvrer ses esprits.

« Tu... t'es là... » Oui, il est là. Il ne s'en ira plus, il ne le rejettera plus, il aurait dû revenir beaucoup plus tôt, quand il l'a supplié, sous la pluie et qu'il est parti comme un con pour terminer de bousiller sa vie. Il repense aux conseils de Judicaël, voit le chemin que Gaspar a parcouru durant ce temps de solitude. S'il était resté, s'il l'avait repris, aurait-il eu confiance comme maintenant ? Non, songe-t-il alors que les musiciens rangent tranquillement leurs instruments autour d'eux, que le deuxième groupe monte sur la scène. La voix de Mallory éclate derrière, il n'a pas envie de l'entendre, il ne veut plus entendre que lui, lui qui le regarde pour s'assurer qu'il ne s'enfuira pas. « Tu r'pars pas, hein ? » Est-ce qu'il va repartir ? Est-ce qu'il va reprendre le risque de foutre sa vie en l'air par peur ? Non, c'est terminé tout ça. Tout est clair, limpide dans sa petite tête de batteur imbécile quand il se penche malgré la douleur, que son front se pose en douceur sur celui du chanteur, qu'il tente de calmer ses inspirations difficiles.

« Pas sans toi, murmure-t-il en fermant les yeux, une main dans ses cheveux. » Il est plus vulnérable que jamais, ce soir, si loin de toute l'assurance que Gaspar lui connaissait. Il est fatigué, il a beaucoup trop erré ces deux derniers mois sans lui, à le chercher sans vouloir le trouver. C'est fini. Il a du mal à y croire. « J'suis désolé, babutie-t-il quand même, j'aurais dû te le dire, mais... » Mais si Gaspar s'en était servi contre lui ? Il n'a pas envie d'y penser, c'est pas ce qu'il s'est passé, c'est pas ça. Alors le chanteur se redresse, le prend dans ses bras, précautionneusement. Il a un petit rire le batteur, il est heureux maintenant, ça faisait longtemps. Deux mois, en fait. Deux mois dans le noir, pour que la lumière lui revienne à travers ses yeux verts. « Au fait, j'ai nulle part où crêcher, ce soir. » Tout va bien maintenant. C'est fini.

__________________________________________
❝ Love a little harder ❞ And I feel alive when I'm with you, deep inside, it's something true. You're the only reason I fight, you're the best thing in my life.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Can't help but feel || Gasper VII Empty
Message(#) Sujet: Re: Can't help but feel || Gasper VII Can't help but feel || Gasper VII EmptyVen 24 Mai - 20:40

Repartir, est-ce qu'il y pense, Ollie ? Est-ce que ça veut dire ce qu'il croit, ce baiser sur la scène, son parcours du combattant pour le rejoindre ? Est-ce que ça lui a suffi, à Oliver, cette chanson, cette déclaration, et cette... démonstration ? Il l'avait pas vraiment prévue, Gaspar, mais peu importe, il sait qu'il a eu raison, que le risque était grand mais que ça valait le coup, qu'il le fallait. C'était sa seule chance. Est-ce que c'était assez, est-ce que ça a marché ? Il sait pas ce qu'il va faire si le batteur repart, mais son inquiétude se meurt doucement au fond de ses grands yeux sombres, encore brillants. Je t'aime, il a dit. Alors il va pas s'en aller, si ? « Pas sans toi. » Et ça lui suffit, à l'ex-chanteur, qui ferme les yeux à son tour, le front posé contre celui de l'homme qu'il aime. Peu importe la suite, maintenant, les échecs, les coups durs, les erreurs, il s'en fout. Peu importe tout le reste, du moment qu'il est là, Oliver.

« J'suis désolé, j'aurais dû te le dire, mais... » Quelques larmes roulent encore sur ses joues, mais il secoue doucement la tête, songeant qu'après tout, c'est plus la faute du connard dont il entend la voix au fond que celle du batteur. C'est même un peu sa faute à lui, aussi. Il va tout faire pour se rattraper, pour lui prouver qu'il a compris, qu'il refera jamais les mêmes erreurs, qu'il ne prendra plus jamais le risque de le perdre, qu'il ne veut plus lui faire du mal, qu'il... qu'il l'aime, pour de vrai, comme jamais ça ne lui est arrivé avant. « Au fait, j'ai nulle part où crécher, ce soir. » « Dis pas d'connerie, répond-il aussitôt. T'as toujours un endroit où crécher quand tu viens à Centrapolis. » Il en a un depuis plus de deux mois, en tout cas, même s'il n'y a pas beaucoup mis les pieds. Il l'attendait, Gaspar, tous les jours et malgré lui, mais il l'attendait. Peu importe. Maintenant il n'attend plus, maintenant Ollie est là. Doucement, Gaspar se redresse, sans quitter des yeux l'homme qu'il couve littéralement du regard. « On y va ? Ou tu tiens à écouter encore un peu ce... » Il ne finit pas sa phrase, les prunelles assombries par la colère, préférant désigner la scène d'un geste dédaigneux du menton. Un pas, un seul pas vers lui et il le déglingue.
Revenir en haut Aller en bas
Oliver Porter
Oliver Porter
Allumette Storm Calypso Tempête Nyméria Hadès
⦿ Messages : 1204
⦿ Age du Personnage : 27
⦿ Ville d'origine : Ebenelle, région de Johto
⦿ Job : Batteur et percussionniste itinérant
⦿ Pokémon rêvé : Absol
⦿ Type préféré : Le type feu ♥
⦿ Avatar : Ben Barnes by Carolcorps
⦿ Commentaires : Can't help but feel || Gasper VII 1559494725-15594946452891130
Can't help but feel || Gasper VII Tenor
Can't help but feel || Gasper VII 7a5f16d396d953c879d2f3df588d503e
Can't help but feel || Gasper VII PowerfulHeavyDavidstiger-small
Can't help but feel || Gasper VII Tumblr_mqn39b5Ev71s6hco9o2_400
Can't help but feel || Gasper VII Giphy
Can't help but feel || Gasper VII ParchedSophisticatedArthropods-small

Fiche de liens
Fiche rp

http://ichooseyou.forumactif.com/t4685-carte-dresseur-d-oliver-porter
Can't help but feel || Gasper VII Empty
Message(#) Sujet: Re: Can't help but feel || Gasper VII Can't help but feel || Gasper VII EmptyVen 24 Mai - 22:40

« Dis pas d'connerie. T'as toujours un endroit où crécher quand tu viens à Centrapolis. » Il le sait maintenant, il n'en doute pas une seule seconde. Ses épaules se secouent encore des sanglots qui menacent de le faire flancher, qu'il réfrène de toutes ses forces. Il sent les mains sur ses joues, ces doigts tremblants qui lui ont terriblement manqué, cette voix qu'il entendait en dormant, qui le rendait dingue, incapable de penser à autre chose. Il se souvient d'avoir tant de fois cherché sa présence près de lui sans jamais la trouver, et la simple perspective de ne plus jamais le quitter menace de faire exploser de nouvelles larmes à la bordure de ses yeux déjà rouges. Maintenant c'est fini, il n'a plus aucune raison de pleurer, plus aucune. Il est là, il est avec lui, tout va bien se passer. Gaspar se redresse, visiblement rassuré, ses mains quittent ses joues, il se sent presque perdu, sans lui. Je t'aime. Je t'aime, tu m'as tellement manqué. Il ne le quittera plus jamais.

« On y va ? Ou tu tiens à écouter encore un peu ce... » Et puis ça lui revient alors, la voix derrière lui, les chansons de Mallory. Il l'imagine, debout, impunément, lui et son putain de regard qui l'a tout simplement déshabillé. C'est insupportable, tout simplement inacceptable. Il ne va pas se laisser faire comme ça, il a encore un dernier compte avec ce mec qui a brisé sa vie et qui l'a laissé là, exsangue pendant quatre ans. Ses yeux s'assombrissent soudain, quand il lève la tête vers Gaspar et qu'il serre les dents en tendant son bras valide. Sans qu'il ait besoin de le lui demander, le chanteur l'aide doucement à se remettre sur ses jambes. Il saisit fermement son appui, pose sa béquille sur le sol. « Passe devant, j'ai un dernier truc à régler. » Il lit l'hésitation, les questions dans les yeux de Gaspar. De quoi a-t-il peur ? Qu'est-ce qu'il craint ? Qu'il retourne vers lui ? Il repense une seconde à Ciaràn, à Jude, il repense à tous ces garçons dont il a occupé les draps. Il n'a pas conscience Gaspar, qu'il est le seul avec qui ça a vraiment compté, l'impact qu'il a eu, cet amour inattendu qu'il s'est mis à lui porter, sur sa vie. Alors il s'adoucit, lève la main, glisse quelques phalanges sur sa joue. « J'en ai pas pour longtemps, c'est promis. » Il cueille ses lèvres une dernière fois, le rassure, bien plus confiant que jamais ; oui, ce soir il dormira avec lui, et pour tous les soirs suivants, si c'est ce que le chanteur veut.

Il le quitte finalement, à l'entrée de la salle de concert ; les musiciens ont remballé, le dernier morceau de Mallory touche à sa fin. Dans les loges, seul, il attend, cigarette au bec. Faut qu'on se revoie, hein ? Il va voir. La silhouette malingre du guitariste lui apparaît, finalement, et il quitte l'appui du mur pour s'avancer, sous le regard surpris du jeune homme qui s'apprêtait à aller fumer une cigarette. « Qu'est ce que tu fous l... » « Viens dehors, aboie-t-il immédiatement, ne lui laissant aucun temps de faire du sarcasme. » ça le calme Mallory, il est beaucoup trop surpris pour répliquer. Ils passent la porte de service, et Oliver a la satisfaction de voir l'endroit désert ; à bout de nerfs, il se plante devant le jeune homme, empli d'une rancoeur vieille de quatre ans qu'il n'a jamais pu expulser. « Combien de temps tu restes à Ebera. » L'autre hausse un sourcil. « Autant que nécessaire, comme d'hab. Pourquoi ? » « Je veux plus jamais voir ta gueule, d'accord ? Ne me recroise pas. Ne fais surtout pas en sorte. » Le ricanement qu'il entend face à lui le fait halluciner. Il a gagné, il a juste envie de lui balancer son poing dans la gueule maintenant. Il peut pas, c'est pas de chance pour lui.

« Quoi, à cause de ton nouveau mec ? C'était touchant à crever. » « Pauvre type. » « C'est quoi le problème, chéri, t'as pas digéré ce qui est arrivé y'a quatre ans ? » Personne aurait pu digérer ça bordel, il a le coeur sec ce mec, sec avec rien dedans qu'un embrouillamini de haine et de rancoeur avec le monde entier. Et il l'a aimé ? Aujourd'hui, il ne lui inspire plus qu'un profond dégoût, rien de plus. ça l'écoeure, ça l'énerve aussi. « Qui aurait pu digérer ça ? T'es qu'un enfoiré, t'as la moindre idée de ce que ça m'a fait ?! » Mallory hausse les épaules, croise les bras en soufflant doucement sa fumée. « Tu t'es monté la tête. C'était du cul, rien de plus. » « Tu sais très bien que non ! aboie-t-il, furibond cette fois. » Pourquoi il s'est dit que c'était une bonne idée, de lui parler ? « Tu sais très bien que c'était plus que ça, tu m'as fait mariner pendant trois ans comme un con, tout ça parce que t'as jamais été foutu de te rendre compte de ce qui pouvait te faire du bien, t'as toujours préféré souffrir, c'était plus facile hein ? » gronde-t-il, furieux, sous les yeux du jeune chanteur, surpris par la vague de rage qui envahit le batteur. « C'est plus facile de justifier son comportement de pauvre connard par ta maladie de merde et tes parents qui t'aimaient pas, plutôt que de te rendre compte qu'il te suffisait que d'un pas pour en sortir. » « Oliver, ferme ta gueule. » Les yeux de fusain de Mallory sont écarquillés par la fureur, eux aussi, une colère froide, contenue. Mais il ne lui fait plus peur depuis longtemps.

« C'est bien, continue comme ça. Moi je me casse. » Il saisit sa béquille, clopine sous les yeux révulsés de l'autre. « T'as qu'à détruire ta vie autant que ça t'amuse, mais c'est pas parce que t'es revenu à Ebera que j'vais de nouveau m'en mêler. Trouve toi un nouveau mec à saigner comme la putain de sangsue que t'es, mais laisse moi en dehors de tout ça. » Ses yeux lancent des éclairs, il n'en peut plus, il s'en va maintenant. Curieusement, ça le soulage un peu, tout ça. « Raté. » Et il sait qu'il a raison. Il sait, parce que Mallory ne le suit pas. Il a gagné cette bataille là.

Il est tard, maintenant, la nuit est bien avancée; il aurait dû s'en douter qu'il trouverait pas de transport en commun, non ? Il aurait dû le savoir. Plus de téléphone et donc, absolument aucun moyen de prévenir Gaspar qu'il sera en retard. Il clopine, boitille dans la rue, cherchant sur le plan l'adresse, peu accoutumé à la ville même après une semaine. Il se perd, il sait pas combien de temps il met, une heure ? Une heure et demie ? Ses membres sont gourds quand il atteint enfin la porte du riche immeuble, en plein coeur du centre ; son coeur bat à la chamade. Il a fait appeler l'hôpital à la sortie de la salle de concert, sur ce coup au moins il est tranquille. Par contre, il prie pour que Gaspar ne soit pas parti le chercher.

Il grimpe dans l'ascenseur, la montée jusqu'au dernier étage semble durer une éternité. C'est fini, c'est loin derrière lui maintenant, tout, Mallory, Gaspar et ses erreurs, il piétine tout ça quand il atteint le pallier, prêt pour une nouvelle vie. Il va appuyer sur la sonnette, entrer, s'excuser et sourire, voilà, il va faire ça. Il s'apprête à s'exécuter, mais la porte s'ouvre brutalement devant lui, dévoile un visage paniqué, aux yeux écarquillés ; il recule une seconde de surprise, lit la peur, l'inquiétude, comprend qu'il est beaucoup trop en retard, là ; alors il balbutie, à peine, il sait pas trop ce qu'il dit je, je suis, je mais il n'a pas le temps de finir, il n'en a aucune envie en fait quand un bras s'enroule autour de sa taille l'attire à l'intérieur, que tout le reste éclate en mille morceaux, qu'il voit à peine les pokémons curieux dans le hall d'entrée, trop occupé à dévorer sa bouche, brûlante, son souffle court, une main empoignant ses cheveux, l'autre prenant appui pour ne pas tomber. Il ferme les yeux, retrouve son oxygène, son but, sa vie. C'est lui, c'est encore plus fort maintenant qu'il a réussi à balancer son passé derrière lui. Ses mains fébriles attaquent une chemise qu'il meurt d'envie de lui arracher depuis qu'il l'a vu, il recule pour le regarder, l'empêche d'avancer, il le dévore des yeux alors qu'il se sent entraîné dans le couloir, dans un endroit qu'il connait très bien. Soupirant, sa voix lui revient enfin et la litanie recommence, Gaspar, beaucoup, il le répète, je t'aime, ça s'échappe aussi, son haut s'envole dans le couloir, le soulagement l'étreint aussi sûrement que des bras trop absents qu'il a plus que hâte de retrouver. Je t'aime, je reste, je resterai toujours.

__________________________________________
❝ Love a little harder ❞ And I feel alive when I'm with you, deep inside, it's something true. You're the only reason I fight, you're the best thing in my life.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Can't help but feel || Gasper VII Empty
Message(#) Sujet: Re: Can't help but feel || Gasper VII Can't help but feel || Gasper VII EmptySam 25 Mai - 16:27

A vrai dire, la question était rhétorique ; lui, il a pas l'intention de rester, subir encore la présence de ce type, sa voix, et la putain de douleur qu'il voit comme un fantôme dans les yeux sombres d'Oliver. C'est fini maintenant, ils vont s'éloigner, s'en aller loin de ce type et plus jamais le revoir. C'est vraiment une bonne chose de Gaspar ait décidé de se retirer de l'univers de la musique, sinon tout aurait été beaucoup plus compliqué. Il a pas envie d'imposer ça à Oliver, ni de se l'imposer à lui : surtout que, il doit bien l'avouer, la musique de ce Mallory est loin d'être aussi mauvaise qu'il le pensait. Déjà la dernière fois, ça lui avait arraché un frisson aussi grisé que désagréable. Hors de question qu'il subisse ça plus longtemps.

Oliver lui tend la main et il l'attrape aussitôt, aidant avec délicatesse son corps raide à se redresser, prêt à l'emmener loin d'ici. « Passe devant, j'ai un dernier truc à régler. » Surpris, le chanteur s'immobilise, questionne en silence l'homme qui n'a apparemment pas l'intention de lui fournir plus d'explications. Pourquoi veut-il rester là ? Qu'est-ce qu'il va faire ? Ca l'inquiète Gaspar, il lui veut quoi à l'autre chanteur, c'est pour lui qu'il reste ? Il a pas envie de le laisser là. Comment il va rentrer, en plus ? Ils lui brûlent les lèvres, les arguments pour refuser, pour l'emmener avec lui tout de suite, mais il les retient, soupirant simplement sous la caresse qui s'égare sur sa joue. « J'en ai pas pour longtemps, c'est promis. » Pinçant les lèvres, il ferme les yeux, accueille simplement ce dernier baiser pressé sans rien dire, songeant pour se rassurer que ça ressemble clairement pas à un baiser d'adieu. Il va falloir qu'il apprenne à faire confiance, lui-aussi, hein ?

Son regard angoissé suit la silhouette claudicante d'Oliver qui s'éloigne, et il passe une main dans ses cheveux, pinçant les lèvres pour retenir un autre soupir. Il va venir, il a promis, martèle le dresseur en rejoignant sa loge, s'efforçant de ne pas laisser l'inquiétude le paralyser. Faire confiance, c'est bien plus facile en théorie.
Finalement, clope au bec, il rejoint le reste du groupe devant les grandes portes de la salle. « Bah, t'es tout seul ? demande Ethan, apparemment surpris. » Ca lui arrache un sourire figé. « Oui, il m'a dit qu'il avait un dernier truc à régler et qu'il me rejoindrait. » Sa voix est rauque, il n'arrive pas vraiment à faire taire l'angoisse qui gronde dans sa poitrine. Prenant une longue inspiration, il hausse les sourcils, s'efforce de sourire avec un peu plus d'enthousiasme. « Mais bon ! Il va venir. On peut quand même dire que cette soirée est une super réussite. » Quelques regards étonnés, voire méfiants, se tournent vers lui. « T'es sérieux ? » « Tu... tu m'engueules pas ? » Il éclate de rire, plus détendu. « J'ai cru que j'allais te niquer au premier morceau, mais bon. C'pas grave, dis-toi que t'as frôlé la mort pour la dernière fois. » Entourés d'un halo de fumée, les musiciens échangent quelques avis sur le concert, et se disent au revoir dans la bonne humeur. « Et faîtes-moi plaisir, ajoute-t-il alors que les deux guitaristes et le batteur commencent à s'éloigner. Continuez à bolosser ce petit connard d'Asylum pour moi. » Ils éclatent tous de rire, s'éloignent sur un dernier signe de la main. « Compte sur nous ! »

Le chanteur se retrouve alors seul avec Ethan et son mari. Glissant un regard vers la porte, il échappe un soupir ; il avait espéré que cette dernière chose à faire ne prendrait pas longtemps, mais visiblement il va effectivement devoir rentrer sans lui. Comment va-t-il traverser la ville, Ollie ? En prenant un taxi ? C'est la voix douce de Halo qui interrompt finalement ses pensées. « Ne t'inquiète pas, je suis sûr qu'il va te rejoindre. » Etonné, le dresseur se tourne vers le petit homme, qui le regarde en souriant gentiment. « Mais comment il va rentrer ? demande-t-il, plaintif, invoquant la première bonne excuse qu'il a en réserve pour attendre encore un peu. » « Il va se débrouiller, répond Ethan. T'en fais pas, il est grand. » « Mais... » « T'as l'air épuisé, Gasp, tu devrais vraiment y aller. » Buté, il jette son mégot vers la poubelle ; la manque, largement. Un soupir s'échappe de ses lèvres. « J'ai pas envie de... » A ce moment là, une voiture noire s'arrête un peu plus loin, devant les poteaux de circulation qui protègent la petite place devant la salle. Ses yeux s'écarquillent quand il voit deux journalistes en sortir, camera sur l'épaule pour l'un, micro dans la main pour l'autre. Bon, au final il va peut-être pas s'attarder, hein... « Vas-y, l'encourage Halo. On va s'en occuper. » Là, il est franchement pas en état de le faire ; pas sans Ollie près de lui, en tout cas. Marmonnant un remerciement, il récupère ses lunettes de soleil qu'il installe sur son nez malgré la nuit, et s'éloigne à grands pas vers sa propre voiture.

Une fois installé sur le siège conducteur, il se laisse tomber contre le dossier, soupirant longuement avant d'attraper la pokéball qu'il a laissée dans la boîte à gants. Fye en émerge, surpris, et le regarde la tête penchée sur le côté. « Salut toi, sourit-il, en tendant une main dans laquelle le pokémon vient loger sa petite tête ronde. Ca va, tu t'es pas trop ennuyé ? » Il allume le contact, attache sa ceinture tendis que son Tylton pousse un petit cri blasé. « Y avait beaucoup de monde, t'aurais fini par te planquer dans un coin si je t'avais emmené. » La musique se met en route. ♫ SHould I stay or sould I go ? Un sourire un peu incertain étire ses lèvres, et il jette un oeil vers la salle, apercevant Halo et Ethan avec les deux journalistes. Les portes, elles, sont toujours fermées. Nouveau soupir. Il descend le frein à main. « Allez, on rentre. »

L'appartement est silencieux, quand il entre. Même la lumière du salon est éteinte ; les pokémons sont sûrement endormis. Il va réveiller tout ce monde, c'est hors de question qu'il attende tout seul. Pénétrant dans la pièce, il regarde les lumières s'allumer les unes après les autres sur son passage, souriant d'un air attendri en voyant Silver endormie contre le ventre de Drogon sur un gros pouf. Rockwell et Rex dorment aussi, sur le canapé, près de O'Maley qui relève tranquillement la tête en le voyant arriver. Yucca et Night sortent de leurs nichettes respectives ; Rudy ne bouge pas, lui, tandis qu'Altaïr s'approche en courant, poussant un petit cri ravi en se frottant sur la jambe de son dresseur. Alecto, de son côté, bulle dans son aquarium. « Vous commencez à être un peu à l'étroit ici, non ? » Il va falloir qu'il songe à faire aménager le reste de l'appartement, finalement. Il lui reste un étage inutilisé, ça semble le bon moment pour faire des travaux. Bientôt, en tout cas. Il en parlera à Oliver. si Oliver arrive. La pensée change son sourire en grimace, et il abandonne sa veste sur un tabouret du bar avant de rejoindre le frigo, dans lequel il récupère une bière. Et maintenant ? Il attend.

Affalé sur le canapé, il pousse un profond soupir, attirant à lui les regards des pokémons qui émergent les uns après les autres. C'est Silver qui s'approche maintenant, glissant jusqu'à lui pour poser dans les siens ses grands yeux interrogateurs, pleins d'espoir. « Il va venir, dit-il, en essayant d'avoir l'air assuré. Il a promis. » La dragonne roucoule de joie en se lovant sur ses genoux, et il pose une main sur ses écailles, affectueux, en prenant une gorgée de sa bière. Il a promis.

En silence, il observe un moment les pokémons qui vaquent à leurs activités. Il se dit qu'il a quand même fait pas mal de chemin, depuis qu'il a recommencé à s'y intéresser ; même s'il est loin d'être un grand éleveur, il ne peut s'empêcher de penser qu'il s'occupe bien d'eux, en les voyant s'activer paisiblement. Ils ont l'air bien, et ça gonfle son cœur de fierté.
Pourtant, son regard ne cesse de dériver vers la grande horloge accrochée près de la télé. Ca fait déjà une demie heure qu'il est rentré, et aucune nouvelle d'Ollie. Nerveux, il attrape la télécommande qui traînent sur la table basse et allume le grand écran. Il va regarder une émission débile, ça lui occupera l'esprit. C'est un concours de chant, avec de grands fauteuils rouges et des "coachs" supposés juger les candidats. La moitié d'entre eux chante encore moins bien que les illustres inconnus qui viennent essayer de se faire connaître. Vaguement, il se rappelle d'une réception à laquelle il était invité pendant laquelle une grande tête de la chaîne de télé lui avait proposé de participer comme coach, justement. Bourré, il se souvient à peine de ce qu'il a répondu ; quelque chose d'assez désagréable, il suppose, puisqu'on ne lui a plus jamais fait de proposition aussi stupide.
Le chanteur écoute distraitement, soupire beaucoup, s'étouffe à moitié avec sa bière en entendant un petit branleur reprendre l'une de ses chansons et la massacrer en bonne et due forme. C'est une honte, franchement. S'il était mort, il se retournerait dans sa tombe.

Quand l'émission s'achève, il n'est pas du tout tranquille ; à vrai dire il est encore plus angoissé qu'avant. Il fout quoi, Ollie ? Il s'est perdu ? Il a eu un accident, sa hanche lui fait trop mal, il est retourné à l'hôpital ? A moins qu'il n'ait eu un souci à cause de Mallory ? Cette idée agrandit ses yeux, il se lève d'un bond, surprenant Silver qui pousse un petit cri en sautant sur le sol ; il l'entend à peine. Et s'il est avec lui, là, tout de suite ? S'il est retourné vers... vers ce sombre petit connard d'abruti de merde, finalement ? L'angoisse entrave ses pensées, il n'arrive absolument pas à se raisonner même si cette idée est sûrement la plus débile du monde. Peu importe, il va y retourner, il va aller le chercher ; il aurait mieux fait de l'attendre, quel con !

Gaspar abandonne là bière et pokémon ; il traverse le salon, tourne vers l'entrée et ouvre la porte, bien décidé à sauter dans sa voiture pour foncer jusqu'au Zenith. Sauf que non. Il s'arrête net une fois le battant ouvert, stupéfait de se retrouver face à une silhouette... qu'il reconnaît aussitôt. Pourtant il a encore un peu de mal à réaliser, alors il reste simplement figé, la bouche entrouverte, les yeux pleins de panique face à cette silhouette qui recule, aussi surprise que lui. « je, je suis, je » mais il n'écoute pas Gaspar, il avance, porté par le soulagement, la joie qui envahissent son esprit torturé quand il réalise que ça y est, il est là, qu'il l'a pas laissé, pas cette fois.
Il s'empare de sa bouche, ses lèvres qu'il n'a laissées que pour quelques heures mais qu'il a le sentiment de retrouver après une éternité, comme tout à l'heure. Deux fois en une soirée, il a cru que c'était foutu, pour de bon, définitivement, et deux fois il s'est trompé. Cette fois, il ne va pas tout foirer, cette fois il va l'aimer mieux, comme il faut, il va le rendre heureux et peu importe si pour ça il faut qu'il renonce à certaines choses. Il est prêt à tous les sacrifices, pour lui, et il veut le lui dire, lui promettre, lui rendre confiance, pour de bon, pour que plus jamais il ne doute. Pourtant quand une main se glisse dans ses cheveux, tire quelques mèches dans un geste empressé, urgent, et qu'il échappe une plainte rauque, il comprend que ce n'est pas exactement le moment pour une déclaration. Grondant contre les lèvres brûlantes du batteur, il l'encercle un peu mieux entre ses bras, le soutient tandis que du pied, il claque la porte d'entrée avant de l'entraîner à travers l'appartement.


Revenir en haut Aller en bas
Oliver Porter
Oliver Porter
Allumette Storm Calypso Tempête Nyméria Hadès
⦿ Messages : 1204
⦿ Age du Personnage : 27
⦿ Ville d'origine : Ebenelle, région de Johto
⦿ Job : Batteur et percussionniste itinérant
⦿ Pokémon rêvé : Absol
⦿ Type préféré : Le type feu ♥
⦿ Avatar : Ben Barnes by Carolcorps
⦿ Commentaires : Can't help but feel || Gasper VII 1559494725-15594946452891130
Can't help but feel || Gasper VII Tenor
Can't help but feel || Gasper VII 7a5f16d396d953c879d2f3df588d503e
Can't help but feel || Gasper VII PowerfulHeavyDavidstiger-small
Can't help but feel || Gasper VII Tumblr_mqn39b5Ev71s6hco9o2_400
Can't help but feel || Gasper VII Giphy
Can't help but feel || Gasper VII ParchedSophisticatedArthropods-small

Fiche de liens
Fiche rp

http://ichooseyou.forumactif.com/t4685-carte-dresseur-d-oliver-porter
Can't help but feel || Gasper VII Empty
Message(#) Sujet: Re: Can't help but feel || Gasper VII Can't help but feel || Gasper VII EmptySam 25 Mai - 23:17


__________________________________________
❝ Love a little harder ❞ And I feel alive when I'm with you, deep inside, it's something true. You're the only reason I fight, you're the best thing in my life.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Can't help but feel || Gasper VII Empty
Message(#) Sujet: Re: Can't help but feel || Gasper VII Can't help but feel || Gasper VII EmptyLun 27 Mai - 1:06

Revenir en haut Aller en bas
Oliver Porter
Oliver Porter
Allumette Storm Calypso Tempête Nyméria Hadès
⦿ Messages : 1204
⦿ Age du Personnage : 27
⦿ Ville d'origine : Ebenelle, région de Johto
⦿ Job : Batteur et percussionniste itinérant
⦿ Pokémon rêvé : Absol
⦿ Type préféré : Le type feu ♥
⦿ Avatar : Ben Barnes by Carolcorps
⦿ Commentaires : Can't help but feel || Gasper VII 1559494725-15594946452891130
Can't help but feel || Gasper VII Tenor
Can't help but feel || Gasper VII 7a5f16d396d953c879d2f3df588d503e
Can't help but feel || Gasper VII PowerfulHeavyDavidstiger-small
Can't help but feel || Gasper VII Tumblr_mqn39b5Ev71s6hco9o2_400
Can't help but feel || Gasper VII Giphy
Can't help but feel || Gasper VII ParchedSophisticatedArthropods-small

Fiche de liens
Fiche rp

http://ichooseyou.forumactif.com/t4685-carte-dresseur-d-oliver-porter
Can't help but feel || Gasper VII Empty
Message(#) Sujet: Re: Can't help but feel || Gasper VII Can't help but feel || Gasper VII EmptyLun 27 Mai - 1:41



Il a du mal à se redresser, il doit bien l'admettre ; la douleur le rappelle à son bon souvenir, maintenant que l'instant de grâce est terminé. Réfrénant une grimace de toutes ses forces, le jeune homme sourit à celui qui le regarde sans ciller, comme pour l'ancrer dans la réalité, s'assurer qu'il ne partira plus. Alors, il caresse du bout des doigts le dos de la main du chanteur, posée sur son ventre. Il le regarde aussi, même s'il sait qu'il aura tout le temps de le faire maintenant, il a deux mois et demie à rattraper. Et presque deux heures de retard aussi. C'est pour ça qu'il était si inquiet ? Sa gorge se serre, un peu. Maintenant, il n'est plus question de disparaître comme ça. « Va falloir que je m'achète un portable, grommelle-t-il, se rendant compte seulement maintenant du ridicule de son geste, la dernière fois. » Il se penche, observe l'homme qui laisse doucement glisser ses mains sur ses côtes, sourit, en demi teinte.

« Je serais bien arrivé plus vite tout à l'heure mais. Y'avait plus de bus et aucun taxi, il a fallu que je vienne à pieds, et je peux pas courir. » C'est maladroit, sa justification mais c'est vrai, il aurait voulu ne pas l'inquiéter, cette fois. L'étreinte suivante se fait rassurante, un peu moqueuse aussi devant l'air vulnérable de ce mec si sûr de lui qui l'avait allumé en boîte de nuit, la première fois. On en est loin, hein ? Tout a changé, depuis ce soir. « Tu m'as manqué, finit-il par dire, en déposant un baiser sur son front, son souffle récupéré. » Il lui a manqué tous les jours, toutes les nuits. Il lui a manqué dès l'instant où il est parti, où il l'a laissé.

__________________________________________
❝ Love a little harder ❞ And I feel alive when I'm with you, deep inside, it's something true. You're the only reason I fight, you're the best thing in my life.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Can't help but feel || Gasper VII Empty
Message(#) Sujet: Re: Can't help but feel || Gasper VII Can't help but feel || Gasper VII EmptyLun 27 Mai - 20:36

Rapidement après s'être effondré sur le côté, Gaspar se force à ouvrir de nouveau les yeux. Il est épuisé, heureux, il sait que s'il fermait les paupières, il s'endormirait en seulement une poignée de secondes mais il n'en a pas envie, pas déjà. Quelque part, il a encore un peu de mal à se dire qu'il se réveillera auprès de l'homme étendu dans ses bras, demain matin. Si jamais tout ceci ne doit être qu'un rêve, il veut le regarder encore, graver ses traits plus profondément encore dans sa mémoire. Il veut se l'imprimer sur la peau, tatouer son odeur dans ses poumons, marquer son esprit et sa chair du passage de cet homme, allongé contre lui, épuisé, qui le rend son regard brillant, sans ciller presque, sans doute dans le même but que lui.
Un sourire éreinté étire ses lèvres asséchées par l'effort, et il se love un peu plus contre le corps brûlant de son amant, posant une paume sur son ventre. Un soupir heureux lui échappe quand il sent la caresse s'égarer sur le dos de sa main. Son angoisse passée n'est plus qu'un drôle de souvenir ; est-ce qu'il a vraiment cru qu'Oliver allait l'abandonner ?

« Va falloir que je m'achète un portable. » Un sourire amusé, quoique un peu pincé, étire les lèvres de Gaspar tandis qu'il laisse dériver ses mains sur les côtes d'Ollie, baissant les yeux pour le regarder tendrement avant de revenir chercher son regard, attendant une explication.

« Je serais bien arrivé plus vite tout à l'heure mais. Y'avait plus de bus et aucun taxi, il a fallu que je vienne à pieds, et je peux pas courir. » Il a l'air sincèrement désolé, et c'est assez amusant à vrai dire, de voir qu'il prend des précautions aussi, maintenant. Il est loin, le gars aussi insolent que nonchalant qu'il a rencontré à Mirabellis, hein ? Un sourire plus franc aux lèvres, il le quitte à nouveau des yeux pour loger sa joue contre l'épaule du jeune homme. Il n'y pense même pas vraiment, à ce que ça lui aurait fait si Oliver n'était pas venu, ce soir. Il est là ; alors, deux heures de retard, est-ce que ça compte vraiment ? S'il fallait en passer par-là pour avoir toutes ces certitudes à l'heure désormais, alors ça lui va. Il recommencerait si c'était à refaire ; sûrement pas comme ça, pas sur toute la ligne, mais il recommencerait. « Tu m'as manqué. » Le soupir, tendre, lui arrache un sourire tremblant d'émotion, et il ferme les yeux en sentant les lèvres de son amant se poser sur son front. « Toi aussi, tu m'as manqué, avoue-t-il doucement, d'une voix rendue rauque par les souvenirs des deux mois les plus longs et difficiles de sa vie. Tous les jours. J'te cherchais partout, même quand je savais que tu pouvais pas être là. » C'est tellement niais ce qu'il dit, ça dégouline de guimauve mais il s'en fiche bien, à vrai dire. Personne d'autre que lui ne peut l'entendre, ici, et de toute façon il n'a aucune raison d'avoir honte. Bien sûr, qu'il a souffert de son absence. Bien sûr qu'il s'est senti comme seul au monde pendant des semaines. Mais c'est fini, maintenant. « Heureusement que tu sais pas regarder où tu mets les pieds, hein, grince-t-il, faussement râleur. Tu aurais accepté de m'écouter, si je t'avais pas trouvé dans ces ruines ? » Il est quasiment sûr que non, en fait, qu'Oliver était déjà sur le point de le rayer définitivement avant qu'il ne lui sauve la vie. Peut-il décemment le lui reprocher ? Un soupir un peu tremblant lui échappe, et il ajoute, d'une toute petite voix « Je suis vraiment désolé, tu sais... pour, enfin, pour tout. » Il se redresse sur un coude, surplombe l'homme dont il cherche le regard, la gorge un peu nouée tout à coup. Il aurait sûrement pu décider de ne jamais en reparler, Oliver n'aurait sans doute pas insisté, mais... mais il veut faire les choses correctement, cette fois. Il ne laissera pas leur histoire dégringoler une fois de plus, parce qu'il aura été incapable d'avancer, d'oser, de grandir. Pour lui, il est prêt à changer. Et ça a déjà commencé.
Revenir en haut Aller en bas
Oliver Porter
Oliver Porter
Allumette Storm Calypso Tempête Nyméria Hadès
⦿ Messages : 1204
⦿ Age du Personnage : 27
⦿ Ville d'origine : Ebenelle, région de Johto
⦿ Job : Batteur et percussionniste itinérant
⦿ Pokémon rêvé : Absol
⦿ Type préféré : Le type feu ♥
⦿ Avatar : Ben Barnes by Carolcorps
⦿ Commentaires : Can't help but feel || Gasper VII 1559494725-15594946452891130
Can't help but feel || Gasper VII Tenor
Can't help but feel || Gasper VII 7a5f16d396d953c879d2f3df588d503e
Can't help but feel || Gasper VII PowerfulHeavyDavidstiger-small
Can't help but feel || Gasper VII Tumblr_mqn39b5Ev71s6hco9o2_400
Can't help but feel || Gasper VII Giphy
Can't help but feel || Gasper VII ParchedSophisticatedArthropods-small

Fiche de liens
Fiche rp

http://ichooseyou.forumactif.com/t4685-carte-dresseur-d-oliver-porter
Can't help but feel || Gasper VII Empty
Message(#) Sujet: Re: Can't help but feel || Gasper VII Can't help but feel || Gasper VII EmptyMar 28 Mai - 17:06

« Toi aussi, tu m'as manqué » A quel point ça t'a fait mal, à toi ? Est-ce que c'était comme lui, est-ce que c'était pire ? Certains jours, il a réussi à l'oublier, Oliver. D'autres, non. Il se rappelle beaucoup trop bien de cet après-midi dans les montagnes, où le chant d'un Tylton l'a violemment ramené à lui. Peu importe, peu importent ces deux longs mois à l'attendre sans vraiment le faire, il est là, maintenant. Sa peau est chaude sous ses doigts, l'odeur de son cou lui fait fermer les yeux, secoué par une vague d'affection qui lui fait doucement pincer les lèvres. « Tous les jours. J'te cherchais partout, même quand je savais que tu pouvais pas être là. » Son étreinte se resserre malgré la douleur, moi aussi, mais je suis là maintenant, répond-elle silencieusement. Personne ne peut comprendre ça tant qu'il ne l'a pas vécu. Cette boule grandissante dans la gorge, ces jambes flageolantes, fatiguées et ce besoin d'oublier mêlé à celui de hurler sa haine au monde entier. C'est ça que ça lui a fait. Comme si on le perçait de mille trous, lentement mais sûrement.

« Heureusement que tu sais pas regarder où tu mets les pieds, hein. Tu aurais accepté de m'écouter, si je t'avais pas trouvé dans ces ruines ? » « Non, sûrement pas, murmure-t-il, plus pour lui-même que pour le chanteur. » Non, il ne l'aurait pas écouté, il l'aurait repoussé encore plus fort si Gaspar avait essayé. C'est ce qu'il a fait au début, d'ailleurs, mais son immobilité ne lui a pas permis de prendre la fuite, de se casser et d'ignorer ses grands yeux verts, suppliants. ça avait déjà été très dur de résister, la première fois. Ce soir pluvieux dont il se souvient à peine, mais dont certaines images restent, pourtant, gravées dans sa mémoire. Il a été tellement cruel, ce soir-là, alors qu'il ne rêvait que du contraire. Tout ça pour un baiser, un truc stupide, un truc qui l'a quand même lacéré à l'intérieur.

La voix de Gaspar n'est qu'un filet, quand il reprend. « Je suis vraiment désolé, tu sais... pour, enfin, pour tout. » Et le revoilà, son visage qui lui revient, son corps penché vers lui, et c'est soudain comme si ces deux mois s'effaçaient. Il l'a vu si souvent se redresser comme ça pour le regarder, ça le fait un peu sourire, cette fois, glisser quelques doigts sur sa joue. Il est magnifique, comme ça, juste à lui, à ne regarder que lui. Sur scène il l'était déjà mais ça prend une toute autre saveur, maintenant qu'il lui appartient. Une fierté, brute. Entière. Sa main remonte jusqu'à ses cheveux blonds. Tout va bien, maintenant. « Tu t'es largement amendé ce soir, tu sais. » Son sourire s'agrandit quand il saisit sa nuque, en douceur, pour l'attirer jusqu'à son visage. Ses yeux sombres brillent, qu'est-ce que t'es beau, grand imbécile. « Je suis fier de toi. » Parce qu'il ne pourra jamais renier le courage qu'il a fallu à Gaspar pour faire ça. Il sait pourquoi il l'a fait, il sait aussi que c'est pour ça qu'il retrouve ses lèvres, son souffle contre le sien, ses mains qui l'enserrent et l'enlacent, comme s'il était la plus belle chose du monde. Cette fois, il a réussi. Il ne sait pas comment ni pourquoi, mais il sait qu'il peut lui faire confiance.

Il recule, un sourire un peu paumé aux lèvres, relâche son étreinte en prenant une longue inspiration. Tranquille, il roule avec précaution sur le matelas, jusqu'à atteindre la table de chevêt ; ce tiroir magique contient toujours des cigarettes ? Bien sûr que oui. Il en tend une au chanteur, rituel habituel, puis se sert avant de se rapprocher, l'allumer. « J'aurais dû t'en parler, de toute façon. » Il aurait dû tout lui raconter, il le sait maintenant, mais comment aurait-il pu le deviner ? Maintenant, le chanteur mérite des explications. « Le truc, c'est que ça amusait beaucoup Mallory de jouer avec ça. J'avais pas envie de subir encore la même chose avec toi. J'avais aucun moyen de le savoir. » Il a un sourire un peu con, un peu triste aussi, en recrachant la fumée. « J'suis pas très courageux pour tout. »

__________________________________________
❝ Love a little harder ❞ And I feel alive when I'm with you, deep inside, it's something true. You're the only reason I fight, you're the best thing in my life.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Can't help but feel || Gasper VII Empty
Message(#) Sujet: Re: Can't help but feel || Gasper VII Can't help but feel || Gasper VII Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Can't help but feel || Gasper VII
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La région d'Ebera :: Villes :: Centrapolis-
Sauter vers: