♦ Règlement
♦ FAQ
♦ Guide
♦ Groupes
♦ Localisation Pkmn
♦ Annexes

♦ Multicomptes
♦ Parrainage
♦ Scénarios
♦ Carte Dresseur
♦ Erreurs
♦ Boutique
♦ Dé Starter
♦ Dé Shiny
♦ Dé Sexe
♦ Succès
♦ Validation Captures
♦ Gestion Pkmn
♦ Oeufs
♦ Clôture RP
♦ Concours
♦ Reproduction
♦ Marché

Revenir en haut Aller en bas



 

Partagez | 
 

 Associations de têtes brûlées [ Ft. Physalis ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Myron Stark
avatar
Kicklee Poussifeu Baudrive Nosferalto Monorpale Dynavolt
♦ Messages : 380
♦ Age du Personnage : 31
♦ Ville d'origine : Jausiereine
♦ Job : Agent de la Team Rocket
♦ Pokémon rêvé : Kicklee
♦ Type préféré : Combat / Psy / Acier
♦ Avatar : Josh Hartnett

Voir le profil de l'utilisateur http://ichooseyou.forumactif.com/t469-carte-dresseur-de-myron-stark
MessageSujet: Associations de têtes brûlées [ Ft. Physalis ]   Dim 18 Juin - 21:32

J’observe mon reflet dans le miroir de la salle de bain de ma chambre. Mes yeux sont durs et mon visage tendu, et pourtant, un sourire prédateur barre mon visage. Je me penche, ouvrant le robinet avant de prendre une large poignée d’eau dont je m’éclabousse la gueule. Avant de me redresser pour regarder encore, tremblant un peu.

“- Calme-toi, Myron. Si t’y vas dans un état d’excitation pareil, tu vas complètement péter un câble sur place, buter tout le monde et c’est pas le but.

Je secoue la tête un peu, avant de sortir de la salle de bain pour aller m’asseoir sur le lit. Mon flingue est en petits morceaux, les plans du commissariat étalés un peu partout et quelques chargeurs éparpillés ça et là, et une petite sacoche avec quelques outils. Pas besoin de grand chose de plus, au final. A part peut-être cette grenade qui traîne sur la table de nuit et qui va jouer un rôle certain dans mon plan. J’ai fait mes repérages, étudier les habitudes, les entrées et sorties, j’ai obtenu les plans. Ce soir, c’est le meilleur moment. Un peu moins de monde en service sur place et encore moins quand j’aurais lancé les hostilités. La seule variable dans mon plan, c’est l’extraction du sujet.

J’espère que la Team a quelque chose de prévu à ce sujet. Faire évader un type du commissariat avant qu’il soit transféré en taule, c’est une mission facile. Nous ramener tout les deux au QG en un seul morceau, ça c’est une autre paire de manche si on a pas un plan pour extraire l’individu. Sauf que mes appels sont restés sans réponse jusqu’à maintenant. Les admins de la Rocket sont en vacances ou quoi ? On me confie une mission importante parce que j’ai les compétences pour et après je me démerde ? Non pas que ça me dérange, j’aime bien les emmerdes, mais au bout d’un moment, on est quand même censé être une organisation efficace. Pas une troupe de guignols qui préparent que dalle à l’avance.

Je soupire avant de récupérer les diverses parties de mon arme. Je l’ai huilé, nettoyé, et je commence à la remonter alors que j’essaie de calmer l’adrénaline qui court déjà dans mes veines. C’est pas maintenant que j’en ai besoin.

Je termine d’assembler mon flingue, avant d’y enfiler un chargeur et de tirer le chien pour foutre une balle dans le canon. Au moment où je repose l’arme, quelqu’un toque à la porte. Mes sens sont automatiquement en alerte. J’ai bien précisé à la direction que je ne voulais aucune visite, que ce soit le room service ou quoi que ce soit d’autres. Personne n’est supposé venir ici ce soir. En plus, ça va me mettre en retard sur mon planning. J’ouvre la table de chevet pour sortir un deuxième flingue. J’ai un fusil à pompe dans les sacoches de ma moto, garée sur le parking de l’hôtel. J’ai peut-être pris un peu trop d’artillerie, mais bon. On est jamais trop prudent.

Je me lève, serrant les doigts autour de la crosse de mon arme, m’approchant discrètement de la porte. Je jette un regard à travers l’oeil de boeuf, constatant que c’est une jeune femme. Plutôt mignonne, plutôt jeune. Je soupire longuement, avant d’attraper la poignée pour ouvrir le battant à peine en commençant à parler.

“- J’ai jamais commandé une pute, déso…

Je fronce les sourcils en la voyant entièrement. Elle porte un signe de la Team Rocket. Reconnaissable uniquement par nos membres. Borde, mais qu’est-ce que c’est que cette merde ?...

Sans qu’elle ne puisse dire un mot, je l’attrape par le bras avant de la tirer dans la chambre sans ménagement en refermant brutalement la porte derrière moi, les doigts toujours serrés autour de la crosse de mon Glock. Je la fixe du regard.

“- Qu’est-ce que tu branles ici ? Ca devait être une mission solo. J’ai pas besoin d’un boulet avec moi.

Je la jauge une seconde, de haut en bas, sans lui laisser le temps d’en placer une.

“- Une jeunette, en plus. Non, mais ils ont fumé quoi au QG, ils ont cru que j’organisais des camps de vacances ?

Bon, elle est canon, c’est pas la question, mais putain, ils auraient pu appelés pour me prévenir. J’ai conçu mon plan pour une seule personne, pas deux. Et trois personnes, c’est plus difficile à évacuer que deux. Et surtout moins discret. Bordel de merde. Ca me gonfle.

“- C’est quoi ton blaze ?
Revenir en haut Aller en bas
Physalis Lynch
avatar
Anahit Erinye Nakunoeil Heimdal Tamao
♦ Messages : 161
♦ Age du Personnage : 20
♦ Ville d'origine : Emoria
♦ Job : Sbire TR
♦ Pokémon rêvé : Elle n'en a pas vraiment de particulier. A tout hasard elle dirait un Rocabot. Shiny.
♦ Type préféré : Normal
♦ Avatar : Madelaine Petsch
♦ Commentaires : #cc1961







Voir le profil de l'utilisateur http://ichooseyou.forumactif.com/t642-carte-dresseur-de-physalis-lynch
MessageSujet: Re: Associations de têtes brûlées [ Ft. Physalis ]   Lun 19 Juin - 21:20

Associations de têtes brûlées

Une pute. Ils m’avaient vraiment pris pour une pute.
Cette sensation courait le long de mes veines depuis que j’avais ouvert le petit sac que mes supérieurs m’avaient refilé, sans trop rien me dire à part me filer un papier avec des instructions et de me dire de disposer. J’avais trouvé exprès une excuse pour le week-end auprès de ma famille, comme quoi des amies que je m’étais faites pendant les vacances m’invitaient pour le week-end… C’était passé cette fois, mais j’allais vraiment devoir inventer une excuse béton pour mes absences soudainement multipliées. En même temps, j’étais majeure et vaccinée, je devrais faire ce que j’entendais de ma vie mais quelque chose en moi me disais que si je ne m’excusais pas de façon crédible, mes frangins ou frangines risquaient de mettre leur nez dans mes affaires et découvrir la vérité. Je n’en avais pas la moindre envie. Tout ça pour dire que oui, j’avais ouvert le sac et que dedans se trouvaient une perruque qui semblait hors de prix tellement les cheveux faisaient naturels, d’un châtain bien lumineux, des lentilles de couleur vertes et de quoi masquer mes tâches de rousseurs.

“J’ai pas signé pour être une catin. Ils m’ont pris pour quoi ?”

Je râlais un peu dans mon coin mais ouvrait quand même le petit papier où une simple adresse et un numéro de chambre était indiqué. Je déglutissais. Ils m’envoyaient réellement en escort-girl ? es seules instructions que j’avais eues de vive voix avaient été “Tu parles à personne et tu perds pas de temps.” Tu perds pas de temps.. Quoi.. e puzzle se mettait en place : Un vieux croûlant à qui il fallait faire plaisir rapidos pour permettre à la team de récolter des fonds, c’était ça ? Si je refusais, c’était sûr, je perdrais de crédibilité, fini l’objectif de devenir admin. Je m’étais préparée à devoir faire des sales boulot mais de la à signer pour écarter les jambes, il ne fallait pas pousser. Tout de même, ma curiosité me poussait à rejoindre cette mystérieuse adresse. Si je tombais sur un vieux dégoulinant dans sa chair, qui osait poser la main sur moi, je vous jurais que je l’assommais avec la première lampe que je trouvais sous la main et je me cassais d’ici avant de pousser une gueulante auprès des pseudo proxénètes ! C’était avec un peu (beaucoup) d’appréhension que j’arrivais en Navette Chevroum, cette merveilleuse idée importée tout droit de Kalos, devant l’hôtel désigné. J’avais l’impression que l’ascenseur mettait des années à monter cinq pauvres étages. Ce qui me faisait le plus flipper, c’était que l’hôtel était assez luxueux pour que mes peurs deviennent vraiment réalités. Rien qu’à l’idée qu’un baveux s’approche de moi pour laisser ses mains balader me répugnait. Main serrée sur la poignée de la sacoche, je n’avais même pas pris la peine de me déguiser, je n’allais de toutes manières pas jouer à la pute de luxe, ,je toquais nerveusement à la porte. es secondes défilaient avec la même lenteur extrême que dans l’ascenseur quelques pas auparavant. Discrètement de mes doigts je formais la lettre R quand je remarquais une ombre sous le pas de porte. Je savais que la personne me regardais à travers le judas. Etais-je à son goût ? Je n’avais pas vraiment eu le temps de me poser la question qu’un homme commençait à me faire la même reflexion que je me faisais depuis des heures.

“Ca tombe bien moi non pl…”

Merde, il avait ouvert complètement la porte, à la volée en me tirant à limite de la violence à l’intérieur. Charmant accueil, au moins c’était loin d’être l’idée que je me faisais de l’escort de vieux riches. A moins que le gars ait été plutôt du genre fétichiste et sado-maso ? A me serrer aussi fort le poignet pour me faire entrer, c’était presque normal de se poser des questions.

“Eh ! Je sais comment passer une porte tu sais, c’était vraiment pas la peine d’être aussi gentleman !”

Et lui il râlait, il râlait, on aurait un vieux persian mécontent de tout ce qui l’entourait. Bon, au moins j’étais rassurée sur un point, ça n’était pas pour faire la fille de joie qu’on m’envoyait ici. Un coup d’oeil dans la pièce, entre le flingue démonté sur le lit et celui dans la main du.. Du quoi au fait ? D’un sbire ? Sûrement. Il avait la tronche de celui qu’on envoyait pour faire le sale boulot. Pour sûr, il était physiquement loin du vieux bedonnant dont je m’étais fait d’horribles films, mais ça ne m’avançait pas plus sur ce qu’on m’envoyait faire ici.

“J’en sais rien, mais t’es passé à deux doigts de te manger une lampe de chevet dans la gueule, alors explique moi plutôt la mission car on m’a juste filé ce sac avec de quoi me faire discrète et toi t’as l’air sacrément armé pour une mission “solo”. “

Je lui mettais à moitié le papier dans la gueule avec les seules instructions que j’avais eu, vexée de la façon dont il me parlait. S’il pensait que j’étais une fille fragile qui allait se mettre à pleurer à la moindre brusquerie, il se mettait le doigt dans l’oeil. J’étais prête à tout pour prouver ma valeur. Même envoyer chier les types qui avaient l’air de tueurs à gages mafieux. J’ouvrais le sac et le posait sur le lit avant de me retourner, bras croisés.  
Par contre, je bugais à sa dernière question pendant une fraction de secondes avant de me retenir furieusement de glousser. Je tournais la tête pour ne pas qu’il puisse remarquer mon trouble. Non, non, je pouvais pas laisser passer ça.

“Un “blaze” ? T’es sérieux ? Ca se dit encore ça, t’es sûr que tu t’es pas trompé d’époque ? J’espère que tes talents sont pas aussi rouillés car sinon je sais pas ce qui nous attend.”


Sourire en coin, un peu moqueur, je me reprenais vite quand même, je sentais que la situation n’était pas à prendre à la légère non plus. Avec une moue, je devais bien lui avouer que j’étais une bleue dans l’organisation et je savais d’avance que ça n’allait pas jouer en ma faveur. Il valait mieux qu’il le sache maintenant plutôt qu’il l’apprenne si une situation délicate se pointait.

“J’ai pas encore de nom de code, si c’est ce que tu veux savoir. Je me suis pas encore vraiment illustrée dans l’organisation. Ils doivent me tester à l’instant même. Je n’ai commis que quelques vols, de pokémons et plus mais ça s’arrête là.”

Je ne lui laissais pas non plus le temps de se remettre à grommeler dans sa moustache comme un petit vieux trop jeune pour avoir des rides.

“Je suis prête à tout pour monter les échelons. Je n’ai pas peur de me salir les mains.”


Je disais ça mais.. Et si on me demandait de tuer quelqu’un ? Je n’avais jamais tenu une arme de ma vie, j’avais été élevée dans le respect des autres, pas dans la violence. Je ne saurais dire si j’étais actuellement capable d’une telle chose. Mon regard était brûlant d’ambition et de courage, mais mon ventre était noué et mon coeur palpitait bien trop fort. Heureusement, mes mains ne tremblaient pas. Pas encore. Richesse et puissance, je gardais ses mots en tête pour m’insuffler le courage nécessaire.

ft. Myron

__________________________________________
There is nothing permanent except changePermanence, perseverance and persistence in spite of all obstacles, discouragements, and impossibilities: It is this, that in all things distinguishes the strong soul from the weak..
Revenir en haut Aller en bas
Myron Stark
avatar
Kicklee Poussifeu Baudrive Nosferalto Monorpale Dynavolt
♦ Messages : 380
♦ Age du Personnage : 31
♦ Ville d'origine : Jausiereine
♦ Job : Agent de la Team Rocket
♦ Pokémon rêvé : Kicklee
♦ Type préféré : Combat / Psy / Acier
♦ Avatar : Josh Hartnett

Voir le profil de l'utilisateur http://ichooseyou.forumactif.com/t469-carte-dresseur-de-myron-stark
MessageSujet: Re: Associations de têtes brûlées [ Ft. Physalis ]   Lun 19 Juin - 22:28

Elle finit par répondre à ma première question et apparemment elle a encore moins d’informations que moi sur la raison de sa présence ici. A deux doigts de me prendre une lampe de chevet dans la gueule. Je la fixe d’un regard un peu perplexe. Avant de laisser échapper une petite pique gratuite, parce que ma bouche s’exprime plus rapidement que mon cerveau.

“- Une lampe de chevet ? Et t’avais prévu de faire ça avec tes petits bras ?...

Je secoue la tête pour entendre la fin de sa tirade alors qu’elle me colle sous le nez son putain de papier de merde dont j’ai absolument rien à foutre. Putain, mais ils l’ont trouvé où celle-là ?... J’attrape le morceau de feuille avant de lire l’adresse de l’hôtel et le numéro de la chambre. C’est quand même une belle bande de branleurs au QG, franchement. Ils auraient pu appelés. Puis, je jette un coup d’oeil au contenu du sac qu’elle a posé sur le lit après l’avoir ouvert. Et j’hallucine devant son contenu. Je le chope, l’observe une seconde, avant de m’approcher de la fenêtre de la chambre, de l’ouvrir, et de bazarder l’ensemble dans le vide.

“- Et ils ont cru que le meilleur moyen d’être discrète c’est de te déguiser en pute haut de gamme ? J’applaudis les crétins du QG. Heureusement qu’ils ont des gens pour faire du vrai travail de terrain, putain. Bande de guignols…

Je soupire avant de me rapprocher de la jeune femme. Pendant que j’étais en train de jeter le sac, elle se foutait de ma gueule parce que j’avais utilisé le mot “ blaze ”. Je hausse un sourcil.

“- Si tu te fous de ma gueule, j’peux toujours te mettre dehors avec un coup de pied au cul, hein.

Elle finit par me répondre. Pas en me donnant son nom, ça serait trop facile. Elle m’explique qu’effectivement, c’est une nouvelle venue qui s’y connaît pas trop, qui n’a pas de nom de code - sauf qu’on a pas de nom de code -, et qu’elle est probablement en plein test par les têtes pensantes de l’organisation… Je pose une main sur mes tempes pour les masser doucement. Bon sang, ils pouvaient pas la tester sur une mission moins risquée, sérieusement ?... Et surtout, une mission dans laquelle j’étais pas impliqué ? Elle est toute jeune, toute innocente. Bon, son regard m’indique qu’elle en veut et c’est un bon point et ses mots suivent cette impression, mais en même temps, elle a l’air de crever de trouille. Je soupire une nouvelle fois.

“- Vraiment génial ! Alors déjà, pour commencer, moi, c’est Myron. Mais si tu tiens vraiment à cette histoire de nom de code, tu peux toujours m’appeler “ Connard ”. Et deuxièmement, ces débiles du QG t’ont envoyé sur une mission dangereuse, je peux te le dire. T’as intérêt à être sincère quand tu parles de te salir les mains et le reste, parce que ça va être rapide, brutal, et probablement tendu.

Je m’assois sur le lit, posant mon arme à côté de ma cuisse. J’attrape le deuxième flingue et lui lance dans l’espoir qu’elle le rattrape. La sécurité est enclenchée, donc au moins elle risque pas de se tirer dessus par accident.

“- Dis-moi que tu sais au moins te servir de ça ?... Son regard répond à sa place. Et merde… Bon, on verra ça plus tard, je vais t’expliquer rapidement la mission, même si ça va être plus compliqué à deux.

Je chope les plans du commissariat avant de lui faire signe de venir s’asseoir pour lui montrer tout ça.

“- Mon but… Enfin, notre but, c’est d’infiltrer le commissariat d’Arcadia pour libérer un mec. Il a été chopé il y a quelques jours, c’est un membre de la Team et il a des informations importantes pour nous. Il est transféré à la prison de Centrapolis demain, donc faut agir ce soir, pendant qu’il est toujours dans la cellule du poulailler. On doit le sortir de là, se barrer, et attendre l’ordre d’extraction pour tous rentrer à la base en un seul morceau.

J’ai les yeux qui brillent quand j’explique la mission à la jeune femme. L’adrénaline coule déjà dans mes veines et j’ai un sourire aux lèvres. Ca va être l’éclate totale, ce truc. J’éclate de rire, avant de me calmer pour la fixer et reprendre.

“- Bon, du coup j’avais conçu un plan pour une seule personne. Ca peut se faire à deux mais va falloir faire plus attention. J’espère que tu sais être discrète. On s’échappe moins facilement à trois. D’autant plus qu’il doit s’être fait un peu amoché par les flics, donc je sais pas trop dans quel état on va le trouver. Et le QG m’a même pas encore prévenu de la manière dont on allait se faire extraire. Ils m’avaient même pas prévenu que j’allais être accompagné. Mais bon. Maintenant que t’es là, t’es là.

Merci Captain Obvious. Je croise les bras sur ma poitrine en réfléchissant un peu. J’étais pas sûr d’utiliser la grenade, mais maintenant, ça me semble une nécessité histoire de limiter les risques pour elle et moi. Je finis par revenir sur la jeune femme. Ca m’ennuie un peu de la mettre en difficulté pour une de ses premières missions, c’est pas comme si ça allait être une promenade de santé.

“- Des questions, remarques ? Et j’ai toujours pas ton nom. Ce serait plus simple pour communiquer, une fois sur place. Ah, et j’espère que t’as pas l’intention d’utiliser tes Pokemons. Pour le coup, ça serait inutile. Et encore plus dangereux.
Revenir en haut Aller en bas
Physalis Lynch
avatar
Anahit Erinye Nakunoeil Heimdal Tamao
♦ Messages : 161
♦ Age du Personnage : 20
♦ Ville d'origine : Emoria
♦ Job : Sbire TR
♦ Pokémon rêvé : Elle n'en a pas vraiment de particulier. A tout hasard elle dirait un Rocabot. Shiny.
♦ Type préféré : Normal
♦ Avatar : Madelaine Petsch
♦ Commentaires : #cc1961







Voir le profil de l'utilisateur http://ichooseyou.forumactif.com/t642-carte-dresseur-de-physalis-lynch
MessageSujet: Re: Associations de têtes brûlées [ Ft. Physalis ]   Dim 25 Juin - 15:06

Associations de têtes brûlées


S’il y avait bien quelque chose qui me vexait et pouvait me rendre plutôt piquante c’était bien lorsqu’on me jugeait et qu’on me sous-estimait dès le premier regard. Et c’était ce que ce gars faisait, avant même d’avoir ouvert la porte et de m’avoir laissé en placer une. Alors qu’il exprimait son doute quant à ma capacité physique de l’atteindre, je lui jetais un regard noir, plein de défi et surtout sans laisser supposer aucune crainte vis à vis de lui, je lui sifflait sèchement :

”Si tu savais ce que je peux faire de mes “petits bras”, tu serais surpris.”

Je n’insistais pas trop longtemps du regard non plus, je n’étais pas là pour chercher la misère à un gars qui pouvait me mettre les deux pieds dans la tombe en à peine quelques secondes. Pas folle, je n’avais juste pas froid aux yeux. J’avais toujours refusé qu’on me voit comme une petite princesse fragile qu’il fallait protéger et servir… Et désormais encore moins auprès des sbires et de mes supérieurs. Je désirais entretenir une image de femme forte, qui ne pliait pas devant les menaces et qui pouvait se défendre toute seule. Je ne crachais pas sur les coups de mains, loin de là, mais je préférais tout de même être totalement indépendante. Je le laissais réfléchir à ses plans qui semblaient être chamboulés par ma présence sans rien dire de plus pour le moment. Je ne savais rien, lui oui. Autant ne pas trop me la ramener à ce niveau.

”Je suis pas là pour être un boulet. Au QG ils n’ont peut-être pas entièrement confiance en moi, mais en toi, si. Alors même à deux, on réussira.”

L‘échec n’était pas une option pour moi, et même si je ne le connaissais pas, la façon dont il parlait et toute la préparation qui traînait encore sur le lit m’indiquait que pour lui aussi l’échec n’était pas envisageable. Si nous étions deux fortes têtes qui risquaient de ne pas s’entendre à cause de ça, au moins le manque de motivation ne risquait pas de mettre la mission en péril. Je souris quand même en coin en le regardant s’approcher de moi avec ses sourcils froncés de papa pas content. Oups, moi aussi je l’avais vexé en me foutant de lui.

“Tu m’as jugé, je t’ai jugé, on est quitte au moins !”

Il était prévenu, je n’étais pas le genre de fille qui se laissait marcher sur les pieds. En revanche, s’il arrêtait de me regarder comme si j’étais une incapable, moi aussi je le laisserai tranquille. Je trouvais toujours les petits points faibles vexant des gens mais souvent je les gardais de côté pour les utiliser à mon avantages. Et voilà, monsieur râleur recommençait à bougonner ! Sérieusement, on allait pas avancer si on se braquait l’un et l’autre sur tous les détails possibles. Même en se présentant il arrivait à grogner. Il me faisait penser à un Grahyena qui montrait les crocs pour un oui pour un non. J’évitais de m’agacer pour ne pas éterniser le désagréable étalage de nos foutus caractères à l’un et à l’autre. Ca aussi c’était un test hein ? Me retrouver en face de quelqu’un aussi têtu de moi.

Je rattrapais au dernier moment le flingue, manquant de peu de le faire tomber, surprise du lancé imprévu, mais je le rattrapais quand même et resserrai instinctivement ma paume autours de la crosse du semi-automatique. Je ne comptais pas faire semblant de savoir utiliser ça : C’était tout bonnement la première fois que je tenais une arme à feu entre mes mains. Je ne savais même pas quoi faire de mon index, ne sachant si je devais le poser sur la queue de détente ou le garder de côté, si je devais prendre l’arme d’une main ou de deux. Je préférais la tourner et l’attraper par le canon pour la lui tendre en retour, l’air désolée. Je le décevais et je nous donnait l’impression d’être inutile, je détestais ça. Je l’écoutais alors, la chique coupée, attentive à ce qu’il allait me dire. Je m’asseyais à ses côtés, en regardant les plans qu’il regardait tout en m’expliquant enfin l’objet de la mission. Je comprenais à sa façon de m’expliquer, à l’intonation dans sa voix, à son regard pétillant qu’il ne faisait pas ce genre de mission uniquement par désir de s’élever dans l’organisation ou quoi que ce soit. Ca se devinait, il vivait pour l’adrénaline. Je sentais que plus c’était risqué pour lui, plus il s’amusait. Mon corps frissonnait à cette pensée. Il était encore plus dangereux qu’il en avait naturellement l’air. Être en mission avec lui devenait soudainement aussi inquiétant qu’intéressant, lors des explications je me sentais à la fois en danger et protégée en quelques sortes, comme si son brin de folie allait être suffisant pour nous sortir de n’importe quelle situation. Jusqu’à maintenant, je n’avais jamais été confrontée à une mission de ce genre mais même si mon ventre était tellement noué que je doutais que même un filet d’eau puisse y passer, par fierté je n’étais pas du genre à me dégonfler au dernier moment. Au contraire, j’avais comme une envie étrange de connaître l’effet que ça faisait de se trouver dans une situation où je pouvais éventuellement y laisser ma peau. Être de l’autre côté de la justice. Mon coeur était contradictoire sur cette idée, mais ma raison était éteinte, dictée par l’ambition.


“Physalis. Mais tu peux m’appeler “pétasse” si t’arrive pas à retenir mon prénom. J’ai pas mes pokémons sur moi et je suis la définition même de discrétion. “


Après tout, j’ai toujours réussi à duper mes parents en faisant le mur et en ayant même le culot de leur piquer un peu d’argent pour mes escapades nocturnes. Et fallait être sacrément discrète pour passer devant le nez de ses parents et de tous ses frères et soeurs sans se faire caler… J’évitais de lui dire, Myron me rirait au nez, mais moi j’ai assez confiance en moi pour savoir être l’incarnation de la discrétion.


“Ouais, à quoi je peux te servir ? Je veux surtout pas être simple spectatrice mais.. Je regardais les armes à feu en grimaçant un peu. Je ne sais pas de quoi je suis capable, sur le terrain. Je peux être rapide et discrète, c’est tout ce que je sais. “

Être inutile, ou pire, compromettre la mission par ma présence, ça me rendait malade d’avance. Naïvement je voulais faire entièrement confiance à mes supérieurs en me disant que si j’étais ici sur une mission plutôt capitale pour la sécurité des informations de la Team Rocket c’était qu’ils savaient ce qu’ils faisaient… Je l’espérais sincèrement.

“Ah, et on part quand ? “

ft. Myron

__________________________________________
There is nothing permanent except changePermanence, perseverance and persistence in spite of all obstacles, discouragements, and impossibilities: It is this, that in all things distinguishes the strong soul from the weak..
Revenir en haut Aller en bas
 
Associations de têtes brûlées [ Ft. Physalis ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Forum des associations!
» Partis politiques ou d’associations d’opportunistes ?
» Forum des Associations de Brasparts (message de Anne Rolland)
» Réglementation sur les associations loi 1901
» 13 opérations de chirurgie cardiaque en 10 jours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I Choose You :: La région d'Ebera :: Villes :: Arcadia-
Sauter vers: